Publicité

Milipol 2019 (Photo Eitel M. Face au Risque).

Contrôle d’accès, protection de sites sensibles, surveillance… les solutions vues sur Milipol 2019

Après un premier article récapitulatif sur les chiffres de fréquentation du salon Milipol 2019, voici un tour des stands de certaines solutions aperçues durant le passage de Face au Risque. Caméras-piétons, pistolet à impulsion électrique, drone de surveillance autonome ou encore porte de contrôle d’accès sont notamment au programme.

Taser et caméras-piétons, le combo d’Axon

Partenaire de Milipol 2019, Axon présentait une nouvelle gamme d’équipements à cette occasion. À commencer par son nouveau pistolet à impulsion électrique (PIE), le Taser7. Ce nouveau produit se veut davantage dissuasif que ces prédécesseurs d’un point de vue auditif, avant un éventuel usage en dernier recours.

La dissuasion plutôt que l’utilisation

Directrice France chez Axon, Cathy Robin nous confiait d’ailleurs sur ce salon que l’usage par les utilisateurs habilités (police nationale, police municipale, certains groupes d’agents de sûreté…) est rare. Cela notamment grâce à un arc de dissuasion plus important sur ce modèle en comparaison avec les précédents. Dissuader plutôt que dégainer, tel est le mot d’ordre dans les rangs d’Axon.

N’oublions pas néanmoins que, même s’ils comportent moins de risques que les armes létales, ces pistolets à impulsion électrique restent cependant des armes. D’où la volonté chez Axon de distribuer ses produits uniquement à une clientèle bien particulière (ministère de l’Intérieur par exemple) – dont les utilisateurs finaux sont spécifiquement formés – plutôt qu’auprès de revendeurs.

Anecdote récente sur les PIE : un homme est décédé en Seine-Saint-Denis le jeudi 12 décembre 2019. Si aucun lien de causalité n’est établi, l’individu – qui errait dans la rue en se frappant la tête avec une tuile et menaçait de tuer des policiers après avoir mordu l’un d’eux – avait reçu trois coups de pistolets à impulsion électrique en retour. Ayant subi un arrêt cardio-respiratoire, il est décédé quelques heures après. Selon les premiers éléments de l’autopsie, dévoilés par Actu.fr, le décès ne serait pas simultané aux tirs de PIE.

Des améliorations sur les caméras-piétons

Outre le Taser7, le salon Milipol était également l’occasion pour la firme de dévoiler ses nouvelles caméras-piétons : Axon Flex 2 et Axon Body 2. Petit plus technique : ces dernières sont directement reliées sur Bluetooth, Wifi… et sur le Taser. Dès lors que le pistolet à impulsion électrique est sorti de son étui, la caméra se déclenche automatiquement. Permettant ainsi d’obtenir, sur une plateforme, le contexte de la scène dans son intégralité si besoin.

À l’instar du Taser7, les caméras-piétons Axon Flex 2 et Axon Body 2 visent également un public très spécifique. Notamment la police nationale, qui est équipée depuis 2018 des caméras Allwan Security. Le groupe français a en effet remporté l’appel d’offre du ministère de l’Intérieur, conclu le 22 mars 2018. Contre un chèque de 2,4 millions d’euros, le groupe Allwan s’est ainsi engagé à fournir 5 400 caméras-piétons à la police nationale et 5 000 à la gendarmerie nationale. Soit un total de 10 400 caméras.

La dissuasion également au cœur du projet

Joint par nos soins, le Service d’information et de communication de la police nationale (SICoP) nous a donné davantage de précisions sur le cadre d’utilisation de ces caméras. Elles sont autorisées par la loi n° 2016-731 du 3 juin 2016, « renforçant la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et leur financement, et améliorant l’efficacité et les garanties de la procédure pénale ».

Leur objectif est « d’apaiser les tensions » qu’il pourrait y avoir entre « la police et la population » dans le cadre d’une intervention ou de manifestations… qui sont quasi systématiques chaque semaine en France depuis plus d’un an. L’enregistrement de la caméra « n’est pas permanent et peut être déclenché à tout moment par l’agent ». Quant aux séquences filmées, elles sont uniquement « visionnées par les personnes habilitées ».

Toujours selon le SICoP, ces caméras apportent « une plus-value aux forces de l’ordre » par son caractère « dissuasif », « une double exigence de transparence » de la part des policiers et des personnes faisant l’objet du contrôle, ainsi qu’une « facilité d’identification » le cas échéant.

Un panel d’utilisateurs de plus en plus large

Si leur utilisation s’avère convaincante, plusieurs axes d’amélioration ont néanmoins été pointées du doigt par le SICoP. En particulier l’autonomie des batteries (6 heures chez Allwan contre 12 heures pour Axon) et les accroches sur les tenues… qui s’avèrent de plus en plus délicates en raison de la durée des manifestations, de leur récurrence et de leurs nouvelles caractéristiques (de plus en en plus mobiles).

Là encore, Axon apporte aujourd’hui une double réponse avec des caméras possédant différentes attaches : molle, aimantée ou à clip pour la Axon Body 2 (qui se porte sur le torse ou la poitrine) ; aimantée ou adaptable sur lunettes, épaulette, casque, bouclier et casquette pour la Axon Flex 2.

À noter enfin que le marché des caméras-piétons croît sur le territoire français. Des polices municipales et nationale, la possibilité de disposer de ces équipements s’est élargie aux sapeurs-pompiers – confrontés à une sérieuse hausse des incivilités ces dernières années -, aux agents de sûreté de la RATP et de la SNCF… Dans le détail, à l’ensemble des agents assermentés depuis que le Parlement a adopté définitivement le projet de loi d’orientation des mobilités le mardi 19 novembre 2019.


La collaboration Azur Drones – Genetec arrive à bon port

Azur Drones continue sa progression en cette fin d’année 2019. Quelques semaines après avoir conclu un accord avec Onet Sécurité, le groupe était présent sur Milipol 2019. Cela constituait, depuis Paris, l’opportunité de visionner en direct le vol de démonstration de son drone de surveillance autonome Skeyetech… qui survolait un site à Bordeaux.

Première certitude : la retransmission des images est aussi efficace que l’on se trouve dans le local bordant la zone à surveiller ou à 500 kilomètres de là. La plateforme de contrôle, qui passe par le « Security center » de Genetec, offre d’ailleurs les mêmes possibilités de gestion en dépit de la distance. À condition néanmoins de disposer d’un débit de connexion Internet suffisant.

Comme le montre la photo (ci-dessous), le dispositif de contrôle vidéo se divise en deux écrans.

Écrans de contrôle Skeyetech. (Photo Eitel M. Face au Risque).
Les deux écrans de contrôle lors du vol du drone autonome de surveillance Skeyetech. À gauche, le suivi des images diffusées en direct par la caméra embarquée du drone. À droite, le suivi des données sur le parcours du drone.

Un premier (à gauche) permet de visualiser les images retransmises en direct par la caméra du drone, avec la possibilité de prendre le contrôle de la caméra. Le deuxième donne les détails du vol (avec en bleu sur fond vert sur l’écran de droite le trajet effectué par le drone, défini avant le vol).

Outre les rondes périmétriques prédéfinies, qui peuvent être à hauteur d’une vingtaine par jour 24h/24, le drone peut également « partir en mission automatiquement en cas d’alerte » relevée par un des capteurs de détection.

La participation de Genetec est quant à elle significative dans l’utilisation de la plateforme servant à gérer le drone. Que cela soit par l’enregistrement des données de vol (trajets, vidéos…) ou la simplification des commandes.

À noter enfin que le drone de surveillance Skeyetech, dont les opérations sont approuvées par le DGAC depuis février 2019, est actif sur les zones d’accès restreints du port de Dunkerque (3e port le plus important de France) depuis le mois de juillet 2019, suite à un accord avec Eamus Cork Security (entreprise spécialisée dans la sûreté portuaire depuis 2004).


Serenicity voit au-delà des sons anormaux

C’est à l’occasion d’un partenariat expérimental avec la ville de Saint-Étienne que Serenicity s’était fait un nom auprès du grand public ces derniers mois. Si ce « partenariat test » basé sur la détection de sons anormaux pour la surveillance sonore en ville – voir Face au Risque n°553 (juin 2019) – est pour le moment suspendu par la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) en raison du RGPD, la start-up stéphanoise poursuit malgré tout son développement dans la cybersécurité.

Elle a ainsi récemment lancé plusieurs innovations dans ce domaine. Deux d’entre elles nous ont été présentées sur le salon Milipol : Detexio et Cyber-pompiers. La première, qui a fait l’objet de plusieurs brevets, est un boîtier qui permet de détecter et localiser les adresses IP toxiques présentes au sein des entreprises afin de protéger ces dernières.

La seconde innovation, plus ludique et destinée aussi bien aux entreprises qu’aux particuliers, est axée sur l’analyse des adresses électroniques. Le concept n’a rien de nouveau en soit… Cela fait en effet plusieurs années que des sites internet proposent de vérifier si les e-mails ont fait l’objet d’un hacking. La réelle nouveauté réside dans le fait de détecter si votre e-mail fait l’objet, non pas d’un piratage interne, mais d’une usurpation sur le deep Web ou le dark Web. Cette vérification simple et rapide se fait gratuitement depuis la page des Cyber-pompiers de Serenicity.


Fichet Group enclenche la résistance sur les sites sensibles

Fichet Group a été créé le 3 décembre 2018, de l’acquisition de Fichet – entreprise née en 1825 et initialement spécialisée dans la serrurerie et les coffres-forts – par le fonds d’investissement OpenGate Capital, qui a racheté les entités Gunnebo France, Belgique et Luxembourg. Le 3 décembre dernier, la nouvelle entité, regroupée sous le nom de Fichet Group, fêtait donc son premier anniversaire.

La principale raison de ce passage de témoin réside dans la vision stratégique mise en place par Gunnebo. « Le groupe a pris une orientation différente qui consiste à concevoir des produits standards pour les entreprises partout dans le monde. En France, nous avions une approche plus orientée vers la constitution de systèmes et de solutions sur-mesure», confie Jean-Charles Proskuryn, strategic business developer chez Fichet Group.

Une restructuration anticipée

Dans cette stratégie, les filières françaises, belges et luxembourgeoises de Gunnebo sont cédées à OpenGate Capital. Une décision qui semble satisfaire toutes les parties. « Nous avons trouvé un actionnaire qui a compris l’intérêt de notre approche et qui nous soutient complètement aujourd’hui dans notre stratégie de développement, entre autre sur le marché du haut risque », explique notre interlocuteur.

Quelques jours avant ce premier anniversaire, Fichet Group était présent sur le salon Milipol 2019. L’occasion pour la firme de faire le point un an après cette restructuration stratégique.

« Dans les années 2010, la survenance de certains événements, notamment liés au terrorisme, ont montré des vulnérabilités sur beaucoup d’infrastructures. À partir de là, nous nous sommes penchés sur la meilleure façon de protéger ces infrastructures face à ces menaces, alors qu’elles n’avaient pas du tout été conçues pour cela », rapporte dans un premier temps Jean-Charles Proskuryn.

« À partir de 2015 – 2016, nous avons ainsi commencé à développer une approche globale qui s’appuie sur le continuum sécurité, renchérit-il. C’est-à-dire apporter à nos clients des réponses concrètes à un ensemble d’attaques qui pourraient être la résultante d’une même menace. Nous pensons spontanément à la menace terroriste, mais elle n’est pas la seule.  Le banditisme, l’espionnage ou le vandalisme sont aussi des menaces auxquelles nous devons faire face. C’est pour cela que nous travaillons sur la compréhension de ces menaces et de leurs modes opératoires pour apporter des réponses globales en matière de sécurité et de sûreté. »

Aller au-delà de la norme sur les sites sensibles

La volonté de Fichet Group n’est pas seulement de répondre aux normes, mais de « proposer des solutions qui vont au-delà en s’adaptant réellement aux menaces auxquelles nos clients sont confrontés ». Il s’agit alors de faire en sorte que ces solutions soient utilisées au quotidien.  

« Cela nous a conduit à développer des produits multirésistants, qui apportent à nos clients des moyens efficaces pour résister et freiner la progression d’une menace à travers ses infrastructures. Ces produits cumulent la résistance balistique, la résistance au souffle d’explosion, la résistance à l’effraction », précise notre interlocuteur.

Vitre en verre cumulant la résistance balistique, la résistance au souffle d’explosion et la résistance à l'effraction (Photo Eitel M. Face au Risque - Milipol 2019).
Vitre exposée sur Milipol 2019 dont le verre cumule la résistance balistique, la résistance au souffle d’explosion et la résistance à l’effraction.

Certains de ces produits peuvent également disposer d’une résistance sur le plan cyber. « S’agissant des portes par exemple, elles doivent être commandées par un contrôle d’accès. Ce sont des systèmes sensibles car ils permettent d’accéder au cœur d’une entreprise et contiennent certaines informations sur les collaborateurs. Sur ce sujet, Fichet Group a été la première entreprise à recevoir la qualification ANSSI pour son système de contrôle d’accès, qui évite l’usurpation d’identité et les cyberattaques. »

Sécurisation, résistance… et anticipation

La porte d’accès à un site sensible proposée par Fichet Group est le meilleur exemple de cette exigence de multi-sécurité. Résistance balistique (par le verre et le métal), résistance à l’effraction (système de verrouillage intégré à la porte), mais également résistance cyber (reconnaissance faciale, empreinte digitale, badge) et coupe-feu…

Le produit est un parfait mix des capacités techniques que Fichet Group est capable de produire pour la sécurisation des sites sensibles (aéroports, bâtiments officiels, sites Seveso…), qui est aujourd’hui l’axe de développement majeur du groupe.

La firme n’entend cependant pas en rester là en ce qui concerne les progrès techniques et compte ainsi prendre de l’avance sur les futures menaces potentielles via l’apport de ses pôles « Recherche et développement » et « Innovation ».

Porte d'accès à un site sensible. (Photo Eitel M. Face au Risque).
Porte d’accès à un site sensible comprenant la résistance balistique, la résistance au souffle d’explosion, la résistance à l’effraction et la résistance cyber. Déverrouillage par badge, empreinte digitale et reconnaissance faciale.

« Aujourd’hui, nous savons très bien que les assaillants ne vont pas se contenter d’utiliser les moyens traditionnels pour nuire. Il faut donc sans cesse anticiper les nouvelles menaces », lance ainsi Jean-Charles Proskuryn en guise de conclusion.