Publicité
Le drone, nouveau terrain de jeu de la reconnaissance faciale ? (Photo Ted Eytan, Flickr_CC).

La reconnaissance faciale en chasse
d’un nouveau terrain de jeu

Si le RGPD lui dresse encore certaines barrières, la reconnaissance faciale ne cesse pourtant de se développer. La conquête de la voie aérienne, par l’intermédiaire de drones, pourrait rapidement devenir la prochaine avancée majeure de ce système controversé.

C’est une technologie qui reste perfectible à beaucoup de points de vue. Aussi bien technique – où de nombreuses erreurs d’identification font les gros titres -, éthique que politique, sur le plan législatif. En dépit de cela, la reconnaissance faciale continue de gagner du terrain. Ces avancées se font d’ailleurs remarquer sur chacun des domaines précédemment cités.

Une première avancée politique

D’un point de vue politique, Cédric O – secrétaire d’État au numérique – ouvrait d’ailleurs la porte le lundi 14 octobre 2019 dans les colonnes du quotidien Le Monde.

À cette occasion, il constatait ainsi que « la technologie est en avance sur la régulation. Aujourd’hui, la reconnaissance faciale entre dans nos vies sans que son cadre d’utilisation n’ait encore été clarifié » … Ajoutant par ailleurs qu’une expérimentation « est nécessaire pour que nos industriels progressent ».

Une reconnaissance faciale en mouvement et aérienne ?

Et ces progressions n’ont pas attendu l’approbation législatif pour être visibles. Preuve en est avec l’entreprise française Azur Drones, qui pourrait prochainement être la première à instaurer cette technologie sur une caméra en mouvement.

« On travaille sur des fonctionnalités qui sont déjà en test chez nous », confie ainsi Grégoire Thomas, directeur général adjoint ventes et stratégie pour Azur Drones. « Les premiers résultats sont très satisfaisants », rajoute notre interlocuteur.

En d…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !