Publicité
VMS reconnaissance faciale. (Photo d'illustration, Genetec).

La reconnaissance faciale
« made in Genetec »
peut-elle faire sauter le verrou RGPD ?

Comme c’est de tradition ces dernières années, Genetec organisait son point presse annuel les 16 et 17 juillet 2019. Face au Risque était présent pour cette édition 2019. La reconnaissance faciale était notamment au cœur des débats.
Les progrès technologiques réalisés dans ce domaine pourront-ils déboucher sur un assouplissement de la législation à ce sujet ?

Bien implanté à l’international, à travers sa quinzaine de bureaux et ses 1 400 employés dans le monde, le groupe Genetec fait aujourd’hui partie des leaders mondiaux du secteur de l’ingénierie informatique.

Fondé en 1997, le groupe canadien s’est spécialisé dans trois domaines bien spécifiques : le contrôle d’accès, les systèmes Lapi (lecture automatique de plaques d’immatriculation) et la vidéosurveillance. Trois domaines qui ont d’ailleurs comme point commun d’être aujourd’hui très prisés sur le marché du génie informatique, bénéficiant ainsi d’une demande qui ne cesse de croître.

Plus qu’une simple présence sur ces trois domaines porteurs, la multinationale a réussi il y a dix ans le tour de force de faire le lien entre chacun d’eux. C’est en effet en 2009 que l’entreprise lance « Security Center ».

Qu’est-ce que « Security Center » ?

C’est la grande trouvaille technologique du groupe canadien. Jusqu’en 2009, gérer à la fois le contrôle d’accès et la vidéosurveillance revenait inéluctablement à investir sur deux systèmes de contrôles différents. Depuis dix ans, il est désormais possible de gérer l’ensemble de ces domaines via une seule et unique plateforme d’unification.

« Security Center est une plateforme de collaboration active complètement ouverte…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !