Publicité

Quelle definiton pour le terrorisme credits Backbone campaign via flickr San Diego 2017

Terrorisme : pourquoi la France n’est pas à l’abri d’El Paso ?

Les deux fusillades américaines à El Paso samedi 3 août 2019 (22 morts) et à Dayton le dimanche 4 août 2019 (9 morts) sont l’occasion pour les américains de se pencher une fois de plus sur l’épineuse question de la définition du terrorisme. Et pour la France, c’est l’occasion de réaliser que ces attentats pourraient aussi nous frapper.

Un week-end sanglant

Le week-end du 3 au 4 août 2019 restera comme particulièrement sanglant pour les États-Unis : 31 morts (bilan provisoire) et plus de 60 blessés dans deux tueries de masse, l’une dans un supermarché du Texas et l’autre à l’entrée d’un bar de l’Ohio.

Des mobiles sans doute différents

Les mobiles des deux assaillants pourraient être différents. Le premier a été interpellé vivant par la police, tandis que le second a été abattu dans la première minute de la fusillade par une patrouille de police qui se trouvait à proximité. Parmi les victimes de la seconde fusillade, celle de l’Ohio, se trouvait la sœur du suspect. Un drame familial est peut-être à l’origine de ce carnage.

Le forum 8chan

Dans le second cas, il semble établi que le tireur d’El Paso, qui a été interpellé vivant par la police, ait posté quelques minutes avant son acte sur le forum 8chan un pamphlet mettant en avant une idéologie suprématiste blanche.

Ce n’est pas la première fois que le forum 8chan accueille les revendications des tueurs de l’Alt-right, l’extrême-droite américaine. En avril dernier, sur ce même forum, un tireur avait annoncé son acte quelques minutes avant d’ouvrir le feu dans une synagogue (1 mort et 3 blessés). C’est encore ce même forum qui…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32