Publicité

Restauration de Notre-Dame (Photo avant incendie de iankelsall1 pixabay_commons)

Le Sénat enterre une restauration de Notre-Dame pour 2024

Le Sénat s’est penché sur le projet de loi pour la restauration de Notre-Dame de Paris. Celui-ci a bel et bien été adopté dans la nuit du lundi 27 au mardi 28 mai 2019… Avec de nombreuses modifications.

La première phase laissait peu de place au suspense… Comme pressenti en fin de semaine dernière, dans la Revue de presse du vendredi 24 mai, le Sénat a fini par donner son aval pour le projet de loi visant à la restauration de Notre-Dame de Paris.

Comme cela était également attendu, le texte adopté par la chambre haute diffère du projet de loi initialement proposé par l’Assemblée nationale. À main levée, le Sénat a ainsi adopté en première lecture – dans la nuit du lundi 27 mai au mardi 28 mai 2019 – un texte largement remanié.

Le tant critiqué article 9 définitivement rayé à cette occasion, deux principales modifications sont par ailleurs apportées.

Notre-Dame pas opérationnelle pour 2024

Au lendemain de l’incendie qui a touché la cathédrale, Emmanuel Macron faisait d’une restauration de Notre-Dame pour les Jeux Olympiques de Paris 2024 une priorité. Le bon sens ayant repris le dessus, cet objectif – rapidement annoncé comme irréaliste par les experts – ne sera pas tenu.

À travers une déclaration accordée au quotidien Le Monde, le rapporteur Alain Schmitz (sénateur des Yvelines, Les Républicains, LR) déclare ainsi qu’il est « absurde de se laisser enfermer dans le délai de cinq ans si celui-ci doit conduire à rogner sur la qualité du chantier ».

Sur la même lignée, Mme Sylvie Robert (Socialistes et Républicains – Ille et Vilaine) invite elle aussi le Gouvernement à « prendre le temps nécessaire pour reconstruire cet édifice éblouissant. Le temps de Notre-Dame n’est pas le nôtre. Et nul ne peut être plus grand ni plus rapide qu’une cathédrale », a ainsi lâché l’intéressé via le communiqué publié sur le site du Sénat.

Ces paroles trouvent d’ailleurs écho auprès de Catherine Morin-Desailly (centriste, sénatrice de la Seine-Maritime et présidente de la commission de la culture). « Le chantier durera ce qu’il doit durer », confie-t-elle ainsi auprès du Monde.

Une restauration de Notre-Dame « à l’identique » préconisée

Dérogation levée… 2024 oublié… Et restauration de Notre-Dame de Paris à l’identique préconisée. C’est en effet la troisième mesure forte entérinée par le Sénat dans son projet de loi.

Il est ainsi prévu, dans le texte validé la nuit dernière, que la restauration de la cathédrale soit fidèle au « dernier état visuel connu » avant le sinistre. La reconstruction de la flèche a de fait été adoptée.

Cette restauration se voulant « à l’identique » par le Sénat, Le Monde précise enfin que « l’emploi de matériaux différents de ceux d’origine devra être justifié ». Une autre manière de dire que la dérogation de l’article 9 est définitivement enterrée.

Eitel Mabouong

Eitel Mabouong

Journaliste

ARTICLES SUR LE MÊME SUJET

Par |2019-05-28T15:03:18+00:0028/05/2019|Mots-clés : , |