Publicité
Objets médicaux connectés- Crédit : WavebreakmediaMicro-AdobeStock

Objets médicaux connectés : les défis au-delà de la cybersécurité

La mise en œuvre massive des objets médicaux connectés dans le secteur de la santé suppose de relever un certain nombre de défis, en particulier pour la sécurité des données.

La forte croissance des objets médicaux connectés a fondamentalement transformé le secteur de la santé. Il peut s’agir d’objets connectés à usage personnel : une montre connectée enregistrant le rythme cardiaque par exemple. Ou d’objets à usage médical pour améliorer la prise en charge, le traitement ou la réactivité en cas de donnée anormale. Tous ces équipements de tous types qui recueillent et transmettent des données sur la santé des patients sont regroupés sous le terme générique « Internet des objets médicaux » ou IoMT.

L’IoMT constitue une partie de l’internet des objets (IoT) axée sur les soins de santé. Il englobe tout un système de dispositifs médicaux, de logiciels et de systèmes et services de soins de santé interconnectés qui échangent des données en temps réel au moyen de technologies de mise en réseau.

Leur mise en œuvre massive dans le secteur de la santé suppose de relever un certain nombre de défis.

Un phénomène massif

Petit coup d’œil dans le rétro : en 2017, le cabinet Frost & Sullivan prévoyait que le marché de l’Internet des objets médicaux augmenterait de 26% par an pour atteindre 72 milliards de dollars d’ici 2021. C’était sans compter sur la pandémie de Covid-19 qui a entraîné une augmentation exponentielle de l’IoMT, les ordres de quarantaine et de confinement accélérant considérablement les tendances de la télémédecine et de la télésanté.

Cette adoption massive s’explique par le vieillissement de la population, plus facile à surveiller à domicile. Mais aussi par l’incidence des maladies chroniques, à commencer par le cancer, l’asthme et le diabète. La hausse des coûts des soins de santé est également un facteur important, surtout s’il on considère les économies que l’IoMT permettrait de faire en réduisant les visites à l’hôpital, en détectant plus rapidement les maladies et donc en réduisant les dépenses de traitement.

Certains analystes ont estimé à 300 milliards de dollars par an l’économie que pourrait réaliser le secteur de la santé aux États-Unis.