Publicité
Cyberattaque Fareva vaccin CureVac (photo d'illustration Trank_Pixabay commons).

Covid-19. Producteur du vaccin CureVac, Fareva perd 30 M€ après une cyberattaque

Le secteur de la santé est devenu la cible prioritaire des cyberattaquants avec la crise liée au Covid-19.
Dernier exemple en date avec le groupe pharmaceutique Fareva, qui a perdu environ 30 millions d’euros suite à une cyberattaque fin décembre 2020.

Entre 25 et 30 millions d’euros… Tel était le samedi 9 janvier 2021 la perte estimée par Fareva à la suite d’une cyberattaque par ransomware survenue le 14 décembre 2020. Le groupe français emploie 12 000 salariés au sein d’une quarantaine de sites dans le monde selon les chiffres de La Nouvelle République.

Fareva, nouvel industriel du vaccin anti-Covid touché par une cyberattaque

Le 9 décembre 2020, l’Agence européenne des médicaments (AEM) annonçait avoir été la cible d’une cyberattaque. Des documents du vaccin Pfizer / BioNTech avaient notamment été piratés à cette occasion. Quelques jours plus tard, le lundi 14 décembre, c’est cette fois-ci Fareva – via son usine située à Amboise (Indre-et-Loire) – qui est touché par une cyberattaque.

Point commun entre ces deux événements : les victimes sont issues de l’industrie pharmaceutique et sont directement impliquées dans les vaccins anti-Covid. Le groupe français Fareva a en effet été retenu par le groupe allemand CureVac, concepteur d’un vaccin anti-Covid, pour la production et le conditionnement du traitement.

8 000 machines touchées, 450 salariés à l’arrêt

À travers des déclarations accordées à La Nouvelle République, Bernard Fraisse (président du groupe Fareva) a fait le point sur la situation.

« Nous avons eu une tentative d’attaque mais nous avons coupé les serveurs sur la France très rapidement. Toutes les liaisons coupées, on n’a rien perdu de la production et ils n’ont pas eu le temps de rentrer dans les formulations. On a continué à produire sans faire appel à la s…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !