Publicité
data (image d'illustration geralt Pixabay_commons).

Cyber. « La data au cœur de l’enquête », comment optimiser les données ?

Si le « cybermois 2020 » touche à sa fin, la souveraineté numérique reste un enjeu majeur. À travers un livre blanc intitulé « La data au cœur de l’enquête », Deveryware soulève une nouvelle problématique autour des données.

De la Paris Cyber Week aux Assises de la Sécurité, le « cybermois » aura été chargé en cette année 2020. Une fois encore, les questionnements autour de la souveraineté numérique et des données font office d’enjeu majeur.

Optimiser les données dans un cadre juridique

Décrivant les données comme « les pépites du 21e siècle » dans un livre blanc intitulé « La data au cœur de l’enquête », Deveryware pose la problématique du bouleversement que la dimension numérique offre « aux acteurs du renseignement, de l’enquête et de la sécurité ».

De nombreuses interrogations sont ainsi soulevées :

  • À quels enjeux vont être confrontés les acteurs du renseignement et de l’enquête pour traiter ces données ?
  • Quels défis techniques, juridiques, culturels et politiques sont à relever au niveau national et européen ?
  • Comment préparer le futur et lutter contre les menaces à venir, dans un cadre éthique et responsable ?

.

Des enjeux communs aux entreprises

Si ce livre blanc – mis en ligne le 14 octobre 2020 – semble prédestiné aux secteurs du renseignement et de la justice – et plus globalement au monde de l’investigation – les enjeux restent pourtant similaires à ceux qui se présentent aux entreprises lorsqu’il est question des données :

  • Menaces numériques (faille de réseau, fuite de données, menaces internes, malwares, ransomwares, escroquerie au bitcoin…) ;
  • Adaptation aux nouvelles technologies (cloud, IA, IoT, 5G…) ;
  • Optimisation maximale des données pour parvenir à  : un gain de temps, l’exploration de nouvelles pistes, les transformer en outil d’aide à la décision… ;
  • Problématique de la souveraineté numérique et technologique (renforcer la coopération entre acteurs étatiques et industriels européens) ;
  • Développement des outils numériques tout en respectant les réglementations en vigueur en France et en Europe, comme le RGPD.

Une manière de rappeler que la tant espérée souveraineté numérique revêt une importance majeure autant pour le secteur privé que public.

Eitel Mabouong

Eitel Mabouong

Journaliste

ARTICLES SUR LE MÊME THÈME