Publicité
masques grand public (photo d'illustration lukasz_gl pixabay_commons)

Covid-19 : des masques grand public jugés « non conformes » par la DGA

Il y a quelques semaines, Afnor dévoilait son référentiel pour la conception de masques barrières.
Sur les 710 prototypes de masques grand public testés par la DGA (Direction générale de l’armement), une part conséquente a été jugée « non conforme ».

2 masques grand public sur 5 rejetés par la DGA

Malgré la mise en ligne du référentiel Afnor (Association française de normalisation) pour la fabrication de masques barrières, les risques d’un manquement lors de la conception sont nombreux. Si l’on en croit les chiffres publiés dans le rapport du 28 avril 2020, 65 prototypes de masques grand public ont ainsi été jugés « non conformes » par la DGA, direction rattachée au ministère des Armées. Le tout sur 163 prototypes testés pour cette seule série.

Autrement dit : à l’issue de ces tests de la DGA, près de 40 % des masques fabriqués se sont avérés défectueux et inefficaces pour leurs utilisateurs d’après le rapport du 28 avril. Soit 2 masques sur 5.

À ces résultats s’ajoute par ailleurs une inconnue : la part des prototypes de masques grand public non testés et potentiellement défectueux.


Masques barrières à usage sanitaire ou non sanitaire ?

Les masques barrières sont référencés selon trois natures, ayant chacune leurs spécificités. On retrouve ainsi :

  • Les masques anti-projections

Ces masques anti-projections – ou « masques chirurgicaux » sont des dispositifs médicaux.

« Ils sont testés à l’expiration, afin de réduire la projection des gouttelettes émises par les personnes qui portent ces masques, envers leur entourage et leur environnement. Ils protègent également celles et ceux qui les portent contre les projections de gouttelettes émises par une personne en…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !