Publicité

Comment choisir un casque de protection (photo Dave Young)

Quel casque de protection choisir ?

Avant de choisir un équipement de protection individuelle, il faut se pencher sur les risques que font courir une situation de travail à l’employé. Et la question est d’autant plus importante lorsqu’il s’agit de casques qui doivent, dans certains cas, protéger contre des risques pouvant entraîner des lésions graves. En effet, près de 10 % des accidents de travail mortels ont impliqué la tête (chiffre de 2002).

Une nécessaire analyse des risques

Avant d’opter pour une solution technique de protection, il faut se pencher sur les risques que font courir une situation de travail au salarié.

La première étape est l’analyse précise de l’accidentologie du secteur, de l’entreprise, des concurrents…

Si des situations dangereuses et précises sont identifiées, il faut d’abord penser à mettre en place des protections collectives. Contre la chute d’objets par exemple, il peut s’agir de filets ou de revêtements de tôles…

Un équipement de protection individuelle (EPI) n’est proposé qu’une fois ces étapes respectées et pour protéger contre les risques résiduels et/ou ceux qui ne peuvent être réduits par une protection collective.

Amortir l’énergie cinétique

C’est d’autant plus important que la protection collective peut permettre d’atténuer grandement les risques.

Ainsi sur un chantier, le pied d’un échafaudage protégé par une toiture de type bardage métallique n’empêche pas un marteau de tomber.

Cependant la toiture forme une première enveloppe de résistance qui peut ralentir le marteau, le risque résiduel étant assumé par le casque. En revanche, imaginons la même situation sans la toiture, le casque va devoir absorber toute l’énergie du marteau qui va peut-…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32