Publicité

La rentabilité des mesures de prévention contre les risques d'incendie (Photo ibrendan - search cc)

Comment mesurer la rentabilité des mesures de prévention contre les risques d’incendie ?

Dans tous les projets d’aujourd’hui, que ce soit de création, d’extension ou de réhabilitation, l’intégration des travaux et coûts relatifs aux mesures de prévention contre les risques d’incendie et de panique sont souvent perçus comme des postes de dépenses à fonds perdus.
Ils relèvent bien entendu d’obligations réglementaires, issues de l’histoire et de l’expérience tirées des sinistres passés, qui ne sont pas remises en question.
Ne serait-il cependant pas intéressant de les envisager sous un autre angle et pouvoir les valoriser ? Les appréhender comme des mesures « rentables » ? Les entrevoir comme un gain ?
C’est ce que le Sdis du Tarn a essayé de faire au travers de l’étude d’une intervention de lutte contre un incendie dans un bâtiment d’habitation collective.

Événement

Le samedi 21 février 2015, le centre de traitement de l’alerte (CTA) est saisi à 03H36 de nombreux appels pour un feu d’habitation. Il s’agit en fait d’un feu d’appartement au 3e étage d’un bâtiment d’habitation collective R+4.

Les secours doivent faire face, en plus de l’extinction de l’incendie, à des personnes se manifestant aux fenêtres et balcons des différents appartements, les fumées et gaz chauds s’étant propagés dans l’ensemble du bâtiment par les couloirs et cages d’escaliers, puis vers les autres logements dont les occupants avaient ouvert les portes.

Cette opération a nécessité l’intervention de plus de 40 sapeurs-pompiers. Une dizaine de personnes a été évacuée en façades par les échelles aériennes et à mains. Au total, plus de 30 personnes ont été secourues, dont 5 blessées évacuées sur l’hôpital.

Description du bâtiment

Il s’agit d’un bâtiment à rez-de-chaussée partiel, surplombé de 4 étages de forme rectangulaire d’une emprise au sol d’environ 700 m² (50X14) et d’une aile sur 2 niveaux de 140 m² chacun. Il comprend également une cour intérieure accessible par un porche uniquement aux véhicules légers.

Un parc de stationnement sur 1200 m² environ est situé sous le bâtiment et la cour, avec accès en pignon. Le bâtiment comprend une centaine de logements (studios), qui sont distribués à chaque niveau par une circulation centrale desservie par 2 escaliers à ses extrémités.