Le choix d’un système d’extinction automatique

23 mars 20236 min
Choix d'un système d'extinction automatique - Crédit: pavel_812-AdobeStock

Le choix d’un système d’extinction automatique

Tour d’horizon des critères qui sont à prendre en compte pour choisir le système d’extinction automatique adapté à ses besoins.

Extinction automatique, de quoi s’agit-il ?

Les systèmes fixes d’extinction automatique ont pour objectifs de détecter un début d’incendie, de donner l’alarme et de contenir le feu, voire de l’éteindre. Ceci afin de mettre à l’abri les occupants, de minimiser les dommages occasionnés aux biens et à l’environnement et de permettre une reprise de l’activité rapide.

Plusieurs technologies existent :

  • l’extinction automatique à eau de type sprinkleur: dispositif qui décèle un foyer d’incendie, donne l’alarme et arrose le foyer. Il est composé de têtes de sprinkleurs qui sont des détecteurs thermiques s’ouvrant à une certaine température pour diffuser de l’eau en vue d’arroser un feu ;
  • le brouillard d’eau: système divisant l’eau en fines gouttelettes à l’aide de buses. Il agit essentiellement par refroidissement ;
  • la mousse à haut foisonnement: mélange hétérogène d’air et d’eau obtenu à l’aide d’un agent émulseur. Ce type d’installation est particulièrement adapté pour combattre les feux de matières solides (qu’elle éteint par refroidissement et isolement) et les feux de liquides inflammables (qu’elle éteint par isolement) ;
  • l’installation fixe à gaz: dispositif apportant des gaz inertes (ils agissent par étouffement en réduisant l’oxygène) ou inhibiteurs (ils agissent par blocage de la réaction chimique de la flamme).

Pour choisir un équipement adapté, il faut prendre en compte plusieurs éléments : la réglementation, les exigences des prescripteurs (par exemple des assureurs) mais aussi les résultats de l’analyse de risque.

Bouteilles d'azote, gaz inerte-Crédit P. Dutel-CNPP
Bouteilles de gaz inerte (azote) d’une installation fixe à gaz.
Crédit : P. Dutel/CNPP

La réglementation incendie

La réglementation peut imposer certains systèmes d’extinction automatique selon le type d’établissement.

  • Les bâtiments à usage professionnel

Les établissements accueillant du personnel sont soumis aux dispositions du code du travail. C’est le cas des BUP (bâtiments à usage professionnel) qui sont des lieux destinés à recevoir des postes de travail.

À noter que si l’établissement est un ERP, une ICPE ou un IGH, il est soumis à une autre réglementation (voir paragraphes suivants).

L’article R.4227-30 stipule : « Si nécessaire, l’établissement est équipé de robinets d’incendie armés, de colonnes sèches, de colonnes humides, d’installations fixes d’extinction automatique d’incendie ou d’installations de détection automatique d’incendie ».

L’article ne précise pas la nature de l’installation à mettre en place. « Son objectif est d’assurer la protection des personnes », explique Arnaud Pian, chef de service Conseil et Formation technologies d’extinction à CNPP.

  • Les ERP

Le code de la construction et de l’habitation classe les établissements recevant du public (ERP) en fonction de la nature de leur activité (22 types) et de l’effectif qu’ils peuvent accueillir (5 catégories). Suivant ce classement, le règlement ERP prévoit divers systèmes d’extinction.

Par exemple la réglementation impose aux ERP de type M (magasins et centres commerciaux) de plus de 3 000 m² un système d’extinction automatique à eau. Pour les parcs de stationnement couverts (type PS) disposant de plus de deux niveaux en dessous ou au-dessus du niveau de référence, elle précise un système d’extinction automatique du type sprinkleur.

  • Les IGH

Le code de la construction et de l’habitation impose le système sprinkleur dans les immeubles de grande hauteur (IGH) avec des dispositions spécifiques en fonction des niveaux et des locaux.

Démonstration d'un système d'extinction automatique à eau de type sprinkleur - Crédit: CNPP
Démonstration d’un système d’extinction automatique à eau de type sprinkleur – Crédit : CNPP
  • Les ICPE

En plus des dispositions du code du travail, une ICPE (installation classée pour la protection de l’environnement) doit être conforme à celles du code de l’environnement (titre premier du livre V).

Concernant les entrepôts couverts (rubrique 1510) de plus de 3000 m², la réglementation impose un système d’extinction automatique, sans préciser lequel. Cependant, « tous les systèmes ne sont pas capables de répondre à la problématique des entrepôts de grand volume », souligne Arnaud Pian.

Les sites stockant des liquides inflammables (rubriques 4331 et 4734) doivent également être équipés d’un système d’extinction automatique.

L’analyse de risque

Après avoir examiné les prescriptions réglementaires, il faut étudier les contraintes liées à l’activité pratiquée (ou prévue), à la nature des produits, aux modes de stockage, leur hauteur et leur volume, et aux caractéristiques du bâtiment.

Cette analyse va permettre d’orienter le choix du système à mettre en place. En effet, «tous les systèmes se sont pas forcément en adéquation avec le volume d’un entrepôt à protéger», relève Arnaud Pian.

D’autres éléments vont être pris en compte dans l’analyse de risque :

  • la performance recherchée : veut-on parvenir à l’extinction de l’incendie, à sa suppression (il reste des braises ou de petites flammes) ou à son contrôle (blocage de sa progression) ? Dans ces deux derniers cas, il faudra nécessairement une intervention humaine rapide ;
  • les agents extincteurs: ils doivent être adaptés au risque à protéger et au type de combustible rencontré ;
  • la réactivité du système de sécurité : un système de détection incendie précoce demandera un système d’extinction plus performant ;
  • les contraintes de mise en œuvre: le volume du système d’extinction, son poids et sa hauteur, la configuration des locaux (résistance au feu des parois, résistance mécanique – problème de surpression, étanchéité – à vérifier quotidiennement) et leur occupation par du personnel (toxicité de l’agent extincteur, signaux d’alarmes bruyants, perte de visibilité provoquée par le brouillard d’eau, fermeture de portes coupe-feu…) entrent en considération ;
  • les coûts de réalisation et de maintenance.

Les normes et référentiels

Le choix d’un système d’extinction automatique dépend donc de l’équilibre à trouver parmi tous ces critères. Pour aider au choix, différents documents existent.

  • Les référentiels Apsad réalisés par la profession et édités par CNPP : R1 (Extinction automatique à eau de type sprinkleur), R13 (Extinction automatique à gaz), D2 (Brouillard d’eau).
  • Les référentiels américains: NFPA13 (Installation des systèmes sprinkleurs), NFPA25 (Systèmes de protection contre l’incendie à base d’eau).
  • Les normes comme la NF EN 12845+A1 (Systèmes d’extinction automatique du type sprinkleur).

>>> Lire aussi sur le sujet notre dossier “La protection hors gel des installations sprinkleurs

Martine Porez, journaliste à FAR

Martine Porez
Journaliste

ARTICLES SUR LE MÊME THÈME

Les plus lus…

Inscrivez-vous
à notre
newsletter

Recevez toutes les actualités et informations sûreté, incendie et sécurité toutes les semaines.