Publicité
Oliver Wild - Amrae

«Retrouver le goût du risque et de la réalité tarifaire»

Oliver Wild, président de l’Amrae, l’Association de management des risques et des assurances de l’entreprise, nous livre ce qui a marqué l’année 2021 pour le risk management et ses espoirs pour 2022.

Rétrospective 2021

L’année a été marquée par la conscience pérennisée de la nécessité du risk management.

Les entreprises dotées de dispositif de gestion des risques ont mieux absorbé les différents chocs de la pandémie, que ce soit sur le plan sanitaire, financier, en sécurité cyber ou en ce qui concerne la continuité d’activité en mode dégradé. Et une fois la sortie de crise annoncée, les décideurs n’ont pas rangé la gestion des risques sur l’étagère.

Concernant le financement, on a vu que l’assurance perte d’exploitation sans dommage n’existe pas.

Sur le risque cyber, les grandes entreprises ne trouvent pas les garanties attendues et les PME ne souscrivent quasiment pas. Sur les risques opérationnels classiques d’entreprise, on voit une tendance lourde de l’assurance à réduire l’étendue de son offre tout en augmentant ses tarifs.

L’État essaie de mettre en place des dispositifs facilitant l’auto-assurance pour les entreprises, en faisant voter dans le projet de loi de finances (PLF) un dispositif sur les captives.

Prospective 2022

J’espère voir le décret d’application et la mise en œuvre de ce texte de loi sur les captives.

Il faut aussi espérer que l’assurance retrouve le goût du risque et de la réalité tarifaire, et que s’inscrivent dans le partage du financement des risques entreprises responsables, assureurs et puissance publique. Une culture du risk management public à laquelle nous serons heureux de contribuer de façon systématique. ;