Publicité
Manifestation Black Lives Matter - troubles politiques. Photo Kneejerk Imagery/Flicker/CC

Tribune. Les entreprises doivent se préparer à une hausse des troubles politiques

Alors que le terrorisme diminue, la forte augmentation des émeutes, manifestations et actes de vandalisme fait des troubles civils le premier risque politique pour les entreprises, en entraînant des pertes et des sinistres importants. AGCS constate un intérêt croissant pour l’assurance contre la violence politique, afin d’atténuer ces risques spéciaux.

Manifestations contre le confinement en Allemagne, mouvement Black Lives Matter aux États-Unis ou incendies d’antennes-relais au Royaume-Uni : les dégradations, les perturbations et, en définitive, les pertes liées aux émeutes, protestations, actes de vandalisme et autres formes de troubles civils figurent aujourd’hui parmi les principaux risques politiques auxquels sont exposées les entreprises.

Les actes de terrorisme à grande échelle ont sensiblement diminué dans les cinq dernières années. En revanche, le nombre, l’ampleur et la durée des émeutes et des manifestations des deux dernières années sont stupéfiants. Ces dernières ont entraîné des pertes très importantes pour les entreprises. En forte hausse, les troubles civils sont alimentés par les manifestations contre les difficultés économiques ou les brutalités policières, qui ont touché des populations urbaines dans le monde entier. Et l’impact de la pandémie de Covid-19 aggrave la situation. Les signes d’une fin de la crise économique étant faibles, les protestations risquent de s’accroître.

Les troubles politiques, un risque majeur pour les entreprises

Causes de dommages matériels, d’interruptions d’activité ou de manques à gagner, les incidents liés aux troubles civils constituent un risque de plus en plus important pour les entreprises dans le contexte actuel, comme en témoigne le Baromètre des risques 2021 d’Allianz. Les risques et la violence politiques reviennent pour la première fois depuis 2018 dans le top 10 de cette enquête annuelle sur les risques mondiaux.

Cette tendance est confirmée par des études récentes prévoyant une forte augmentation du nombre de manifestants dans les deux prochaines années. Verisk Maplecroft, société de conseil spécialisée dans l’analyse des risques mondiaux, estime que 75 pays pourraient connaître une augmentation des manifestations d’ici la fin 2022. Parmi eux, plus de 30, essentiellement en Europe et sur le continent américain, seraient particulièrement touchés.

La violence politique a également causé d’importants sinistres d’assurance en 2020. Ainsi au printemps dernier, bien que pacifiques pour la plupart, les manifestations qui ont eu lieu dans 140 villes américaines, après la mort de George Floyd aux mains de la police de Minneapolis, coûteront au secteur de l’assurance entre un et deux milliards de dollars d’indemnités du fait des incendies, dégradations et pillages commis, selon Axios.

L’exemple des Gilets jaunes

Les entreprises peuvent subir des pertes financières alors qu’elles ne sont pas directement touchées par des troubles civils. Le chiffre d’affaires peut baisser si le quartier est bouclé pendant une période prolongée. Ou si les infrastructures doivent être réparées pour permettre le retour des clients, des fournisseurs ou des prestataires.

Manifestation Gilets Jaunes - troubles politiques. Photo 500px.com/ortelpa/Flickr/CC

Ainsi, pendant les manifestations des Gilets jaunes à Paris, les boutiques des Champs-Élysées pillées et saccagées ont été désertées par leurs clients.

Après quelques semaines de manifestations, la Fédération du commerce et de la distri