Publicité
Covid et travail - Photo Engin_Akyurt/Pixabay/CC

Baromètre des risques 2021 :
le Covid-19 en tête du classement

Allianz a publié, le 19 janvier 2021, la 10e édition de son baromètre des risques. Un trio de risques liés au Covid-19 prend la tête du classement.

L’interruption d’activité, la pandémie et les incidents cyber sont les trois principaux risques d’entreprise dans le monde en 2021, d’après le 10e Baromètre des risques 2021 d’Allianz. Il reflète les perturbations entraînées par les confinements dans de nombreux pays, face à la pandémie. L’enquête réalisée par Allianz Global Corporate & Specialty (AGCS), analyse les opinions de 2 769 experts dans 92 pays, incluant des directeurs généraux, gestionnaires de risques, courtiers et assureurs.

« Les interruptions d’activité, la pandémie et les incidents cyber sont étroitement liés, ce qui montre l’accroissement des vulnérabilités dans notre monde fortement globalisé et interconnecté, souligne Joachim Müller, CEO d’AGCS. La pandémie de Covid-19 nous rappelle que la gestion du risque et de la continuité de l’activité doit encore évoluer, afin d’aider les entreprises à se préparer et à survivre aux événements extrêmes. Si la pandémie continue de toucher de plein fouet tous les pays du monde, nous devons aussi nous préparer à des scénarios de catastrophes “extrêmes” plus fréquents, tels qu’une panne de Cloud ou une cyber attaque à l’échelle mondiale, des catastrophes naturelles dues au changement climatique, voire l’apparition d’une autre maladie. »

Pendant les dix années d’existence du Baromètre des risques d’Allianz, le risque sanitaire n’avait jamais dépassé la 16e position et avait donc été nettement sous-estimé. En 2021, il se classe numéro un dans 16 pays et parmi les trois premiers risques sur tous les continents, ainsi que dans 35 des 38 pays permettant une analyse des dix principaux risques. Le Japon, la Corée du Sud et le Ghana sont les trois seules exceptions.

Le classement en France

Les incidents cyber, les interruptions d’activités et la pandémie forment également le trio de tête en France.

Les 10 principaux risques en France

Participants : 66
Les chiffres représentent un pourcentage de toutes les réponses pour ce pays. Les chiffres ne totalisent pas 100% car trois risques pouvaient être sélectionnés.
Source : Allianz Global Corporate & Specialty
Risques 2021 en France - Baromètre AGCS

La pandémie, cause de perturbations actuelles et à venir

Avant le Covid-19, les interruptions d’activité avaient déjà occupé la première place du baromètre mondial à sept reprises. Aujourd’hui, elles reprennent la tête du classement, après avoir été supplantées par les incidents cyber en 2020. La pandémie montre que les interruptions d’activité extrêmes, à l’échelle mondiale, peuvent passer de l’hypothèse à la réalité, causant des pertes d’exploitation et des perturbations dans la production, l’exploitation et l’approvisionnement. 59% des sondés citent la pandémie comme la principale cause d’interruption d’activité en 2021, suivie des incidents cyber (46%), des catastrophes naturelles et des incendies et explosions (environ 30% chacun).

« Les effets de la pandémie, telle la croissance du numérique, du télétravail, et de la dépendance des entreprises et des sociétés à la technologie, devraient accroître les risques d’interruption d’activité dans les années à venir, estime Philip Beblo, expert de l’équipe mondiale de souscription des assurances dommages chez AGCS. Les risques matériels traditionnels ne disparaîtront pas pour autant et doivent toujours être pris en compte dans la gestion du risque. Les catastrophes naturelles, les événements météorologiques extrêmes et les incendies restent les principales causes d’interruption d’activité pour de nombreuses entreprises. Nous continuons d’observer une tendance à l’augmentation de ces sinistres au fil du temps.»

Augmenter la résilience des entreprises

Face à l’augmentation de la vulnérabilité aux interruptions d’activité, de nombreuses entreprises souhaitent renforcer la résilience de leurs activités et réduire le risque sur leurs chaînes d’approvisionnement. Selon les personnes interrogées dans le baromètre, les principales mesures adoptées consistent à améliorer le plan de continuité de l’activité (62%), à engager des fournisseurs remplaçants ou supplémentaires (45%), à investir dans des chaînes d’approvisionnement numériques (32%) et à renforcer la sélection et le contrôle des fournisseurs (31%).

Selon les experts d’AGCS, de nombreuses entreprises ont constaté que leurs plans avaient été vite dépassés par l’ampleur de la pandémie. Le