Publicité

Peut-on utiliser un brouilleur (photo Micki Krimmel, flickr - cc)

Peut-on utiliser un brouilleur ?

La légende veut, qu’en 1999, pour finaliser l’achat de Petrofina par Total, les deux parties se rencontrent en toute discrétion à bord d’un jet privé. Véritable cage de Faraday, l’avion aurait empêché toute écoute électromagnétique.

Aujourd’hui, pour un budget compris entre 100 et 1 500 euros, des appareils produisent des « zones mortes » pour un résultat comparable. Sauf que leur vente et leur acquisition en France est illégale. En effet, dans la plupart des cas, ces « brouilleurs » (en anglais, Cell phone jammers) sont interdits par la réglementation.

Pourtant jusqu’en 2012, les salles de spectacles pouvaient dans certains cas les utiliser. Selon les articles L.33-3 du code des postes et des communications électroniques, seuls les services de l’État et les forces armées sont autorisés à s’équiper « d’installations radioélectriques rendant inopérants les téléphones mobiles. »

Mais la pratique, loin d’être anodine, s’était pourtant développée dans les lieux de culte, les salles de spectacles… Et même certains lycées. « Lorsque nous prévoyons une réunion importante dans nos locaux, il nous arrive de faire un dépoussiérage ou de brancher les brouilleurs », nous confirmait même, il y a dix ans, le responsable sûreté d’une grande entreprise américaine. Le dépoussiérage consiste en la recherche et l’élimination des appareils d’écoutes électromagnétiques.

Trois types de technologies “brouilleur” disponibles sur internet ou à l’étranger

  • Le brouilleur simple crée une zone morte dans son rayon d’action. Entre 1 et 20 mètres pour les plus petits et de 75 à 1 200 mètres pour les plus gros. Aucun appel ne sera possible, y compris les appels d’urgence. Or la réglementation française l’interdit. Ces appareils…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32