Publicité
Opérateur vidéosurveillance

De la place du privé dans le continuum de sécurité… globale

Le 11 septembre 2018, deux députés ont rendu au Gouvernement le rapport de la mission parlementaire intitulé «D’un continuum de sécurité vers une sécurité globale». Il y traite notamment de sécurité privée.

Il y a dans le rapport des deux députés Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue un côté à la Prévert. Pas celui que l’on retrouve dans le poème « Tu dis que tu aimes la pluie et tu fermes la fenêtre », car au fond on sent que les députés ont compris l’utilité de la sécurité privée (même si le rapport commence par une critique assez virulente)… Mais plutôt celui de la fameuse énumération du recueil « Paroles », qui porte depuis son nom, le rapport égrène en effet un chapelet de mesures.

Un prélude plus qu’un rapport ?

Ce rapport, qui est sans doute le prélude à un nouveau texte de loi, comporte plusieurs parties. La première est une approche globale de la sécurité avec une analyse des différents intervenants. La deuxième étudie les polices municipales. Et la troisième traite de la sécurité privée.

C’est celle-ci qui nous intéresse. À sa lecture, l’on sent que les deux parlementaires rédacteurs ont été influencés par le rapport de la Cour des comptes ayant vertement critiqué la filière et le Cnaps et par les revendications des professionnels.

L’esprit général du rapport est de valoriser la filière de la sécurité pour pouvoir lui confier de nouvelles missions.

Il y a donc une avalanche de propositions d’une importance disparate. Les députés se sont également montrés sensibles au besoin de coordination entre la sécurité privée et les forces de l’ordre. Ce qui est positif.

Voyons donc quelques-unes de ces préconisations. Sachant qu’il n’est pas possible d’être exhaustif, il sera surtout examiné ce qui concerne le personnel et les sociétés de sécurité privée.

Surveillance des sociétés de formation

De manière peu surprenante car c’est dans l’air du temps, il y a une volonté d’accroître le contrôle à l’entrée de la profession. Notamment en vérifiant mieux la moralité des futurs agents qui également devraient être mieux formés. Il y a donc, selon les parlementaires, la nécessité de surveiller les sociétés de formation et la manière dont les diplômes sont octroyés.

Alice Thourot et Jean-Michel Fauvergue font ensuite une proposition à laquelle on ne peut qu’adhérer : celle d’envisager des CDD dont le terme est la fin de la mission… Tel que cela existe dans certains secteurs d’activité comme l’audiovisuel ou le bâtiment.

Formation pour le middle management

Les députés suggèrent également de créer une formation pour le middle management.

Ils ajoutent que les sociétés de sécurité privée devraient avoir une garantie financière comparable à celle existante pour les sociétés d’intérim. Ce qui conduira presque mécaniquement à él