Messages d’alerte : un jeune marché en pleine expansion

7 juin 20244 min

Les systèmes d’alerte aux populations connaissent un développement récent et très rapide. Si les technologies sont au point, les utilisateurs n’emploient pas toujours ces systèmes de messages d’alerte à bon escient.

Ceci est une légende Alt

Messages d’alerte : attention aux dérives !

Une sonnerie stridente a retenti le 13 mai dernier sur le smartphone de milliers de parisiens, accompagnée d’un SMS demandant de s’enregistrer pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques.

Un message pas clairement signé par le ministère de l’Intérieur qui a surpris de nombreux destinataires. À tel point que la Préfecture de Police a publié un tweet quelques heures plus tard pour donner davantage d’explications. En fait, il s’agissait d’un test de FR-Alert.

FR-Alert, un système d’alerte français

Lancé le 21 juin 2022, FR-Alert est un système national d’alerte utilisé par les autorités afin de prévenir le public concerné d’un danger imminent ou d’un risque majeur, comme une catastrophe naturelle, un attentat terroriste ou un accident industriel.

En l’occurrence, tel n’était pas le cas dans le message d’alerte du 13 mai. Si bien que de nombreux experts ont pointé un dysfonctionnement ou une dérive. Une utilisation à manier avec précaution et de manière proportionnée !

« Les Français manquent d’une culture sécurité et ne sont pas habitués à ce type de message, à la différence de nos voisins européens », reconnaît Joël Gueret, chef de projet stratégique sécurité pour la région Grand Est.

205 messages d’alerte de FR-Alert en 2 ans

À la date de la mi-mai, FR-Alert a déjà été déclenché à 205 reprises, dont 40 pour des situations réelles, notamment lors d’une rave party – pour prévenir les participants qu’un nid de vipères avait été localisé sur les lieux -, pour des risques météo ou des feux de forêts.

« FR-Alert couvre tout le territoire et l’ensemble des risques avec un processus de décision trop centralisé et bureaucratique. Il devrait être complémentaire d’autres systèmes ayant des utilisations plus retreintes. L’épisode du 13 mai risque de décrédibiliser FR-Alert. En France, il manque visiblement d’une doctrine d’emploi pour cet outil », soulève Ludovic Pinganaud, directeur général d’Atrisc, un cabinet d’audit de risques qui a travaillé sur ce sujet.

« L’épisode du 13 mai risque de décrédibiliser FR-Alert. En France, il manque visiblement d’une doctrine d’emploi pour cet outil. »

Ludovic Pinganaud, directeur général d’Atrisc.

D’autres systèmes pour les messages d’alerte

Plusieurs entreprises privées proposent en effet des systèmes de diffusion de messages pour des usages spécifiques. Leurs clients peuvent être des sites industriels, des établissements scolaires ou des collectivités territoriales.

« Les systèmes locaux doivent être compatibles avec ceux utilisés par le régalien, même si les outils utilisent des technologies différentes », renchérit Samuel Machet, président de Gosecure, un éditeur de logiciel qui connecte les particuliers aux professionnels de sécurité, publics ou privés.

Les systèmes d’alerte aux populations doivent être simples d’utilisation, résilients et redondants, même en conditions dégradées pour les réseaux de télécom, souligne Ludovic Pinganaud. Il est également souhaitable qu’ils soient intégrés dans le processus de gestion de crise et que l’on puisse assurer le traçage des messages : heure d’envoi, destinataires, etc.

« Une des conditions indispensables est d’être ultra rapide entre le moment où un incident est détecté et la diffusion des consignes », relève pour sa part Boris Berger, cofondateur de la start-up Waryme, spécialisée dans les applications mobiles pour la sécurité des personnes.

Des systèmes d’alerte émanant de la population vers les autorités

L’autre volet de ces systèmes de messagerie est la remontée des informations provenant de la population vers les autorités : au-delà des numéros d’appel 17 ou 18 qui existent depuis longtemps et sont très simples d’utilisation, on trouve des systèmes d’alerte permettant de signaler un incident intervenu sur la voie publique.

Plusieurs applications ont été récemment créées plus spécifiquement pour les femmes victimes de harcèlement dans la rue ou dans les transports publics : App-elles ou Umay par exemple.

Le marché des systèmes d’alerte

Sur le plan des acteurs, la France peut compter sur quelques start-up pouvant aligner plusieurs références clients ou des expérimentations. On ne recense pratiquement aucune entreprise de taille significative.

À l’inverse, dans les pays où la culture sécuritaire est plus développée comme l’Europe du Nord ou les États-Unis, les sociétés ont acquis une envergure internationale.

Le leader mondial des systèmes d’alerte est l’américain Everbridge. Il est en passe d’être racheté par la société de capital investissement Thoma Bravo pour 1,8 milliard de $. Une somme coquette si l’on sait que le chiffre d’affaires 2023 est de 449 M$ assorti de pertes de 47 M$, ce qui montre bien que cette opération est éminemment stratégique sur ce marché porteur.

Partagez cet article !

Patrick Haas

Journaliste et directeur d’En Toute Sécurité

Les plus lus…

Inscrivez-vous
à notre
newsletter

Recevez toutes les actualités et informations sûreté, incendie et sécurité toutes les semaines.