Publicité
Le nouveau système FR-Alert permet d’envoyer des notifications sur le téléphone mobile des personnes présentes dans une zone confrontée à un grave danger. Photo SFIO CRACHO/AdobeStock

FR-Alert, premier retour d’expérience

Le nouveau dispositif d’alerte et d’information des populations FR-Alert, officiellement déployé le 21 juin 2022, a été testé pour la première fois en conditions réelles un mois plus tôt lors de l’exercice européen Domino 22 dans le secteur de l’Étang de Berre. Jean-Michel Budynek, administrateur au sein de l’Association des collectivités pour la maîtrise des risques technologiques majeurs (Amaris) et adjoint à la transition écologique à la mairie de Solaize, dans la Vallée de la chimie, a pu assister à l’exercice.

Pouvez-vous nous présenter en quelques mots l’exercice Domino et le dispositif FR-Alert ?

Jean-Michel Budynek. L’exercice européen Domino 22 s’est déroulé en mai 2022 dans le bassin industriel de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Avec des scénarios s’intensifiant crescendo (forte pluie, inondation, accidents industriels…), il a permis de tester la montée en puissance des dispositifs de sécurité civile jusqu’au recours des secours européens.

C’était aussi l’occasion pour le ministère de l’Intérieur de tester pour la première fois en grandeur nature le dispositif FR-Alert.

Il permet par diffusion cellulaire, ou cellbroadcast, d’envoyer des notifications sur le téléphone mobile des personnes présentes dans une zone confrontée à un grave danger, qu’il s’agisse d’une catastrophe naturelle, d’un accident chimique ou industriel, d’un attentat…

L’alerte se fait via les réseaux de télécommunications, il n’est donc pas nécessaire de s’inscrire au préalable sur une liste, comme c’est le cas pour les automates d’appel des communes, ni même de télécharger une application.

Jean-Michel Budynek, administrateur au sein de l'Amaris

Quel premier bilan tirez-vous ?

J.-M. B. On a constaté lors de l’exercice que…

Ce contenu est accessible sur abonnement.