Publicité
Baromètre Genetec sur l'état de la sécurité physique en 2022. Photo d'illustration Gorodenkoff _ AdobeStock.

Baromètre. 5 chiffres qui résument l’état de la sécurité physique en 2022

Genetec vient de dévoiler son 3e baromètre annuel sur l’état de la sécurité physique. Ce rapport dresse un bilan de l’année 2022 et fixe des projections pour l’année 2023 à venir dans ce secteur.

Ce baromètre de Genetec Inc. a été réalisé entre le 24 août et le 21 septembre 2022 auprès d’experts de la sécurité physique provenant de l’ensemble des continents. Ce rapport est le fruit de l’analyse des 3 711 réponses complètes reçues.


Des budgets majoritairement stables ou en hausse

31 %

C’est la part des répondants pour laquelle le budget sécurité-sûreté devrait être en hausse pour l’année 2023.

Pour 34% des sondés, le budget devrait être stable. Pour 16% d’entre eux, ce budget sera probablement revu à la baisse l’année prochaine.


Contrôle d’accès et vidéosurveillance, principaux secteurs d’investissement

67 %

C’est la part des sondés ayant indiqué qu’un investissement serait effectué sur des outils de contrôle d’accès en 2023. Pour l’année 2022, cette part était de 54%.

La vidéosurveillance arrive en deuxième place avec 59% (contre 39 % en 2022). Les outils d’analyse vidéo prennent la 3e place avec 52% (contre 31% pour 2022), et les outils de détection d’intrusion la 4e avec 47% des intentions d’investissement pour 2023 (contre 31% en 2022).

Le classement reste globalement inchangé entre l’année 2022 et l’année 2023 à venir. Seuls les outils liés à la cybersécurité connaissent un recul dans ce classement en passant de la 3e place en 2022 à la 5e pour 2023… avec malgré tout une intention d’investissement à la hausse (43% en 2023 contre 36% en 2022).


Divergences entre sécurité physique et sécurité logique

39 %

C’est le pourcentage des répondants travaillant dans technologie de l’information (cybersécurité) pour lequel les outils de cybersécurité seront au centre des préoccupations en 2023.

Cette part est de 25% chez les répondants travaillant dans le domaine de la sûreté-sécurité physique.

À noter que les répondants du secteur de la cybersécurité perçoivent les rançongiciels (ransomwares), les attaques par phishing et les attaques par exécution à distance comme une plus grande menace pour leur organisation que les répondants provenant de la sûreté et de la sécurité physique.


Cybersécurité renforcée sur le contrôle d’accès

40 %

Parmi les sondés, 40% ont indiqué que le renforcement de la cybersécurité dans leur entreprise passerait par le contrôle d’accès en 2023.

La cybersécurité du matériel devrait être renforcée pour 39% des sondés. Enfin pour 2023, la mise en place d’une politique de mots de passe forts est perçue comme un axe de renforcement de la cybersécurité pour 37% des répondants.


Un recrutement compliqué dans la sécurité physique en 2022

52 %

Il s’agit de la part des répondants ayant indiqué des problèmes de pénurie de personnel pour le secteur de la sécurité physique en 2022.

49% des sondés ont indiqué avoir des difficultés de recrutement dans ce secteur. Les autres problématiques majeures décelées par les ressources humaines des entreprises sondées concernent le moral des employés (42%) et le travail à distance ou hybride (36%).


Ce baromètre sur l’état de la sécurité physique pour l’année 2022 est téléchargeable sur le site internet de Genetec.

Eitel Mabouong

Eitel Mabouong
Journaliste

ARTICLES SUR LE MÊME THÈME