Violence dans les transports : l’Île-de-France embauche 1 000 agents de sécurité

14 octobre 20223 min
Sécurité dans les transports collectifs - Crédit : Martine Porez-Face au Risque

L’insécurité augmente dans les transports en commun français avec en moyenne 334 victimes par jour. Pour répondre à cette difficulté, la région Île-de-France annonce l’embauche de 1 000 agents sur 5 ans.

Les chiffres en France

Selon les statistiques du ministère de l’Intérieur parues le 15 septembre 2022, les services de Police et de Gendarmerie ont enregistré 122 170 victimes de vols et de violences dans les transports en commun en France en 2021 (334 par jour en moyenne). Soit une augmentation de 4% par rapport à 2020. En 2019, avant la pandémie de Covid-19, le chiffre était un peu plus élevé (145 630).

Si on entre dans le détail, les vols sans violence, les plus importants (79%), ont légèrement augmenté en 2021 (+3%). Le nombre de victimes de coups et blessures volontaires a quant à lui fortement augmenté (+15%). Et celui des victimes de violences sexuelles encore davantage (+32%).

La situation en Île-de-France

En Île-de-France, on compte 23 victimes de vols et de violences par million de trajets en 2021. Soit un niveau similaire à celui de 2019 (chiffre du ministère de l’Intérieur).

Or, selon Île-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice de la mobilité pour la région, 9,4 millions de déplacements quotidiens sont réalisés sur son réseau.

On en conclut donc qu’environ 80 000 personnes par an sont victimes de vols et de violences dans les transports en Île-de-France (près de 220 par jour en moyenne).

Sentiment d’insécurité

En outre, l’enquête Victimation et sentiment d’insécurité en Île-de-France de 2020 (chiffres 2019) rapporte que 40,9% de Franciliens ont craint l’agression ou le vol dans les transports.

Cette peur est en hausse par rapport à 2017 (+2,8 points). Et elle est commune aux cinq modes de transports pris en compte dans l’enquête :

  • tramway : 13,9 % ;
  • bus : 18,1 % ;
  • train : 24,3 % ;
  • métro : 29,2 % ;
  • RER : 32,4 %.

Plus la peur est importante dans les transports collectifs, plus la présence de forces de l’ordre est sollicitée.

1 000 nouveaux agents de sécurité sur le réseau francilien

« Se sentir en sécurité lorsque l’on se déplace dans les transports en commun est une demande plus que légitime des Franciliennes et des Franciliens », avance Valérie Pécresse, présidente d’Île-de-France Mobilités.

Aussi, pour améliorer la sûreté sur son réseau, Île-de-France Mobilités annonce la création de 1 000 postes supplémentaires dans les 5 prochaines années. Soit 25 % de personnel en plus d’ici 2026.

Répartitions de ces nouveaux agents

Ces postes sont répartis de la façon suivante :

  • 300 agents dans les bus de grande couronne ;
  • 80 agents pour les lignes ferroviaires : 40 pour la Suge (sûreté ferroviaire de la SNCF) et 40 agents de sécurité privée, notamment dans le cadre du prolongement de la ligne E du RER ;
  • 100 agents de sécurité privée pour la RATP et 23 agents pour le GPSR (sûreté de la RATP) ;
  • 400 agents de sécurité privée pour les bus de Paris et de la petite couronne ;
  • 100 agents dans le cadre de la création de la Brigade régionale de sécurité. Cette nouvelle brigade pourra intervenir partout en Île-de-France pour apporter un soutien temporaire aux effectifs de terrain en fonction des besoins.

Formation des agents de sécurité privée

Afin d’attirer et de fidéliser les candidats, une formation spécifique aux transports destinée aux agents de sécurité privée est actuellement à l’étude entre les pouvoirs publics, les opérateurs de transports, Île-de-France Mobilités et la profession.

Selon Île-de-France Mobilités, « le dossier de demande de certification a été déposé en juillet 2022 et vient d’être enregistré par France compétences ».

Martine POREZ

Martine Porez
Journaliste

Les plus lus…

Inscrivez-vous
à notre
newsletter

Recevez toutes les actualités et informations sûreté, incendie et sécurité toutes les semaines.