Publicité
Extinction - Incendie - D9 - D9A - Crédit photo :Kalyakan-Fotolia

Extinction. CNPP réédite les deux guides gratuits D9 et D9A

Les deux guides pratiques D9 et D9A apportent méthodes et éléments techniques pour dimensionner les besoins en eau d’extinction dans tout type d’entreprise.

À l’initiative des ministères de l’Intérieur et de la Transition écologique, de la Fédération française de l’assurance (FFA) et de CNPP, les guides pratiques D9 et D9A, relatifs au dimensionnement des besoins en eau et des rétentions des eaux d’extinction, viennent d’être mis à jour.

Le nouvel arrêté du 24 septembre 2020, relatif aux prescriptions générales applicables aux entrepôts couverts soumis à la rubrique 1510, prend en compte ces nouvelles versions, pour les installations postérieures à sa parution, dans le cadre du calcul des besoins en eaux d’extinction et de rétentions des sites.

Le guide pratique D9, dimensionnement des besoins en eau

D9_Juin 2020 - CNPP Editions

Ce guide pratique propose une méthode qui permet de dimensionner les besoins en eau nécessaires à l’intervention des secours. Que ceux-ci soient publics, privés, extérieurs ou internes à l’établissement. Il est organisé par type d’établissement :

  • habitations et bureaux, y compris les immeubles de grande hauteur (IGH) ;
  • établissements recevant du public (ERP) ;
  • risques industriels, qui comprend également les locaux administratifs, habitations ou ERP présents dans un risque industriel.

Les évolutions du D9

Cette édition de juin 2020 annule et remplace la précédente édition de septembre 2001. Parmi les principales évolutions, on note :

  • la mise à jour des références réglementaires et technique relatives à la résistance au feu. Tout comme les références normatives relatives aux poteaux et bouches d’incendie ;
  • une nouvelle catégorie de risque. Il s’agit du « risque faible ». Il prend en compte les activités et les stockages présentant une charge calorifique très faible, comme par exemple les grands halls industriels de faible densité calorifique ;
  • la création d’un plafond de 720 m3/h pour les surfaces de référence protégées par une installation d’extinction automatique à eau ;
  • la prise en compte des matériaux aggravants dans le dimensionnement des besoins en eau.

Pour télé