Publicité
Baromètre des risques Allianz 2020. (Image brejnev-wikimedia commons).

Les enseignements du « Baromètre des risques Allianz 2020 »

Le « Baromètre des risques Allianz 2020 » a été publié le mardi 14 janvier. Entre la première place inédite du risque cyber et la grande percée du risque climatique, cette 9e édition apporte son lot de changements en comparaison du précédent classement.

C’est le mardi 14 janvier que le Baromètre des risques Allianz 2020 a été publié. Plusieurs enseignements sont à tirer de cette 9e enquête annuelle, à commencer par la prise de pouvoir du risque cyber et la forte montée des inquiétudes – ou prise de conscience – liées au changement climatique.

Cyber, interruption et incendies pour la France

En France, le trio de tête reste inchangé par rapport à l’édition 2019. Le risque cyber occupe ainsi de nouveau la première place, devant les interruptions d’activité et les incendies et explosions.

« Les incidents cyber, les interruptions d’activité et les incendies et explosions restent des préoccupations majeures pour les entreprises en France. Toutefois, il n’est pas surprenant que les risques politiques et la violence fassent leur entrée dans le top 10 des risques, le mouvement des gilets jaunes et les récents conflits sociaux touchant l’économie et les entreprises françaises », a confié Corinne Cipière – directrice générale d’AGCS France (Allianz Global Corporate & Specialty) – à l’heure des premières explications sur ces résultats.

Le cyber en tête dans le monde, le risque climatique pris en compte

Dans le reste du monde, le risque cyber occupe lui aussi seul la tête du Baromètre des risques Allianz 2020 (avec 39% des voix). Il s’agit d’ailleurs d’une grande première. Le risque d’interruption d’activité recueille autant de voix que l’année passée (37%), mais bascule ce coup-ci sur la…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !