Publicité

Ponts-Sécutité-Viaduc_Herquelingue-crédit : Jean Marc Gfp/Wikimedia/Cc

La sécurité des ponts en France :
le Sénat réclame un « Plan Marshall »

L’effondrement du pont Morandi à Gênes (Italie) le 14 août 2018, qui a provoqué la mort de 43 personnes, a relancé les débats sur l’état des ponts en France. Une mission d’information sur la sécurité des ponts a été créée au Sénat. Elle a rendu le 27 juin 2019 son rapport d’enquête.

La mission sénatoriale sur l’état des ouvrages d’art en France vient de rendre son rapport. Elle s’est intéressée aux 200 000 à 250 000 ponts routiers du territoire français. Cette fourchette peu précise démontre qu’on ne connaît pas le nombre exact de ponts. Ceci est « révélateur des lacunes de la politique de surveillance et d’entretien des ponts » affirment en préambule les deux rapporteurs Patrick Chaize (groupe Les Républicains) et Michel Dagbert (groupe socialiste).

Qui gère les ponts ?

Ce sont les collectivités territoriales qui gèrent pratiquement tout le réseau routier français. Un pourcentage nettement plus élevé que chez nos voisins européens.

Concernant plus spécifiquement les ponts, 24 000 appartiennent à l’État, 100 000 à 120 000 relèvent des départements (soit 1 100 ponts en moyenne par département) et 80 000 à 100 000 appartiennent aux communes.

Un constat alarmant

L’état des ponts français constitue un enjeu majeur de sécurité pour les usagers. Pourtant, le constat est alarmant. Au moins 25 000 ponts sont en mauvais état structurel et posent des problèmes de sécurité pour les usagers. Ce sont :

  • 7 % des ponts gérés par l’État ;
  • 8,5 % des ponts gérés par les départements ;
  • environ 18 à 20 % des ponts gérés par les communes ou groupements de communes.

Cette dégradation est due au vieillissement du patrimoine. À titre d…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

IDENTIFIEZ
VOUS !

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2019-07-02T16:36:14+00:0002/07/2019|Mots-clés : , , |