Publicité

DuPont Tychem gants de protection chimique (Photo DuPont)

DuPont se déploie sur le marché des gants de protection chimique

DuPont Tychem affiche ses ambitions en cette année 2019. Après les combinaisons, c’est désormais le marché des gants de protection chimique qui est pris d’assaut par l’un des leaders incontestés des EPI (équipements de protection individuelle).

C’est en ce mois de juin 2019 que DuPont Tychem dévoile sa gamme de gants de protection chimique. Celle-ci se veut d’ailleurs complète puisqu’une large palette est proposée en termes de choix par le fabricant d’équipements de protection individuelle (EPI).

Choix dans la matière du gant (PVC, nitrile, néoprène, butyle ou viton)… Choix dans l’usage voulu pour l’équipement (jetable, réutilisable ou hybride)… Ou encore choix dans la prévention des risques (coupure, exposition chimique, multirisques)… DuPont Tychem a vu les choses en grand en commercialisant au total 13 paires de gants.

Les raisons d’une venue sur le marché des gants de protection chimique

En marge de ce lancement international, une conférence de presse se tenait le mercredi 5 juin 2019 à Paris. L’occasion de connaître les réelles ambitions de DuPont sur le marché des gants de protection chimique. Figurant déjà parmi les leaders sur le marché des vêtements de protection chimique, le groupe envisage-t-il d’en faire de même sur le marché des gants ?

 « Il y a déjà un leader que tout le monde connaît sur ce marché (des gants de protection chimique). Notre intention n’est pas de remettre cela en cause », précise ainsi l’une des interlocutrices présentes durant cette conférence.

Comme lors de chaque lancement de produit, la fameuse volonté d’être « à la pointe de l’innovation » fait logiquement son apparition par la suite. Un argument pour le coup très fortement renforcé par les 20 centres de recherche et d’innovation implantés par le groupe aux quatre coins du globe.

Hormis ces éléments de langage, la question reste encore de savoir quelles sont les intentions de DuPont avec le lancement de cette large gamme. Et d’ailleurs comment est née cette soudaine volonté de se déployer sur le marché des gants de protection chimique ?

La réponse est aussi limpide que la question. Il s’agit simplement d’une volonté d’une large majorité d’utilisateurs des vêtements de protection chimique. Au terme d’une enquête, DuPont a ainsi réalisé que ces usagers souhaitaient une « compatibilité optimale » entre les combinaisons et les gants.

Une demande qui était jusqu’à présent insatisfaite étant donné que les fabricants de vêtements concevaient très rarement des gants de protection chimique. L’inverse se vérifiant également.

Les « systèmes de protection chimique »

Bien qu’il soit impossible de savoir si cette enquête a été réalisée en raison de demandes de nombreux utilisateurs, ou si c’est l’entreprise qui – flairant cette opportunité – a sondé ses propres usagers, DuPont Tychem est aujourd’hui en mesure de proposer des « systèmes de protection chimique ». Comprendre : des combinaisons et des gants totalement compatibles pour prévenir au mieux les éventuels risques chimiques.

Afin d’aller encore plus loin dans cette compatibilité, le groupe a en outre misé sur la création d’un site internet spécifiquement dédié aux combinaisons optimales entres gants et vêtements.

Des limites structurelles concernant la pénétration

Ce « système de protection chimique » – made in DuPont Tychem – ne reste toutefois que le dernier maillon de la chaîne.

Malgré un équipement totalement pensé et créé pour améliorer la protection des usagers aux risques chimiques, la pénétration reste bel et bien potentiellement présente. Non pas en raison d’une mauvaise qualité des produits proposés… Mais tout simplement par la faute du comportement individuel des utilisateurs.

Ainsi, bien que la compatibilité puisse être optimale entre les vêtements et les gants de protection chimique, l’élimination totale d’un risque de pénétration n’existe pas. Les phases d’habillage et de déshabillage, qui se veulent aussi importantes que la phase de manipulation en tenue, sont encore trop souvent négligées par certains porteurs de ces « systèmes de protection chimique »… Alors que la contamination se joue également lors de ces moments clés.

Après une avancée supplémentaire sur les équipements, c’est désormais au niveau des mentalités individuelles que se joue la fin de la pénétration.

Eitel Mabouong

Eitel Mabouong

Journaliste

ARTICLES SUR LE MÊME SUJET