contrôles d'accès hôpital (Wikimedia Fishman Oncology Hospital)

Hôpitaux, le casse-tête des contrôles d’accès

Les hôpitaux sont des lieux d’intenses activités, généralement très étendus et aux nombreux points d’entrée et sortie.
Sécuriser les biens et les personnes contre les violences, les dégradations et le vol de matériels coûteux ou sensibles relève donc d’une grande complexité.
Face au Risque faisait d’ailleurs du contrôle d’accès le thème principal de son numéro 551, daté d’avril 2019.

Les hôpitaux, « une ville dans une ville »

Lieux de soins, et parfois de situations d’urgence, les hôpitaux n’ont pas vocation à devenir des forteresses imprenables. Les parcours des patients et des personnels doivent rester fluides. Cela afin de répondre à la mission première des lieux : la pratique de la médecine dans un environnement optimal.

À l’inverse, un hôpital trop peu sécurisé peut faire courir des risques aux personnels (violences, agressions), aux biens (vols, dégradations)… Et même des risques sanitaires (vols de matières sensibles ou dangereuses, contaminations). Selon un rapport de l’ONVS, 18 996 atteintes aux personnes (de l’insulte à la violence physique) et 4 555 atteintes aux biens – dont 1 503 répertoriaient ces deux types d’atteintes – ont été signalés par les hôpitaux en 2018.

Cette sécurité est d’autant plus compliquée à assurer car l’hôpital est, par définition, actif 24 heures sur 24… 7 jours sur 7… Et se doit d’avoir un fonctionnement autonome.Il se compose fréquemment de multiples bâtiments avec un flux de personnes (patients, visiteurs, personnels internes, personnels externes) qui s’y croisent et ne se connaissant pas forcément. Surtout que l’accès aux zones critiques comme les zones psychiatriques, les salles d’urgence, les pharmacies, la maternité ou les environnements stériles, nécessite une protection supplémentaire, où l’autorisation d’accès peut être octroyée qu’au personnel de certaines sections.

D’où le besoin pour les hôpitaux de trouver des solutions adéquates, qui leur permettront de programmer diverses portes et serrures pour les activer à des heures précises, pour des zones définies.

Contrôles d’accès intelligents, quel retour sur investissement ?

Le budget des hôpitaux étant toujours serré, il est difficile de prioriser le remplacement d’un système de sécurité existant… plutôt que l’équipement, les médicaments ou l’embauche de personnel. Certes, plusieurs facteurs peuvent influencer le prix d’un système de contrôle d’accès (le degré de sécurité requis, le type d’installation, le nombre de portes à équiper, la taille du bâtiment…) et le coût d’un cylindre électronique est souvent plus important que l’achat d’un cylindre mécanique.

Mais contrairement à ce que l’on pourrait croire, les économies réalisées à long terme grâce aux technologies électroniques sont supérieures aux dépenses réalisées. Plusieurs retours sur investissement sont possibles. En cas de perte d’un badge par exemple, il suffit de le désactiver à distance… Alors qu’en cas de perte d’une clé mécanique, ce sont des cylindres entiers qui doivent être remplacés si on veut éviter une faille de sécurité.

Une traçabilité du flux de personnes et l’état en temps réel des accès réduit également le besoin d’avoir des agents de sécurité dans certaines zones sensibles. En plus de s’intégrer de façon transparente aux systèmes déjà existants, les solutions sans fil représentent un vrai retour sur investissement car elles éliminent le câblage de toutes les portes à tous les étages, dont le coût peut rapidement grimper pour des bâtiments à plusieurs étages et multisites.

Des solutions qui répondent aux contraintes évolutives des hôpitaux

Outre le budget, d’autres facteurs peuvent impacter le choix des hôpitaux. Leur adoption des serrures électroniques est souvent motivée par des solutions permettant de contrôler rapidement et efficacement l’accès en cas d’urgence ou capable de résister à l’important flux de visiteurs généré chaque jour. Un rythme qu’un système traditionnel de fermeture aura du mal à suivre. En particulier dans un bâtiment avec d’innombrables entrées et sorties. Les autres exigences des établissements de santé en matière de sécurité et contrôle d’accès comprennent la combinaison de plusieurs technologies. On peut notamment retrouver :

  • les fermetures électroniques ;
  • la vidéo-surveillance ;
  • l’identification des patients et visiteurs ;
  • le digicode…

Les systèmes de contrôle d’accès intelligents offrent beaucoup plus de flexibilité lorsqu’il s’agit de verrouiller rapidement des bâtiments et des zones à accès restreint. Parmi d’autres avantages figure aussi l’élimination des risques associés à la duplication et la perte de clés, ainsi que la gestion centralisée des informations dans le cadre de la programmation en temps réel de la fermeture, ou encore dans la traçabilité des passages et des accès.

Dans tous les cas, la technologie doit être simple d’utilisation pour que les professionnels concernés se l’approprient rapidement. Et les produits installés d’être compatibles avec les produits de génération précédente. Ce qui constitue un atout indispensable dans le choix d’une solution de sécurité.

Adaptés au mode de fonctionnement des hôpitaux et à leurs flux de trafic, les contrôles d’accès à distance et sans fil constituent un moyen efficace permettant une gestion sécurisée, flexible et économique de l’accès aux divers bâtiments de l’établissement.

Zachary Lackovic

Zachary Lackovic

Depuis 2008, Zachary Lackovic est délégué commercial chez SimonsVoss Technologies France.

Expert dans le domaine de la sécurité, il a fait ses armes chez Dorma Kaba, autre spécialiste du contrôle des accès et chez Portal, fabricant de portes automatiques. Il porte des projets multisites et grands comptes avec des bâtiments aux besoins complexes en sécurité sur le marché de la santé, de l’éducation et public.

ARTICLES SUR LE MÊME SUJET