Publicité

Le menace terroriste intègre la convention de sécurisation des espaces commerciaux (Photo : jarmoluk - pixabay)

La menace terroriste intégrée à la convention de sécurisation des espaces commerciaux

Mise en place en 2011, la convention de sécurisation des espaces commerciaux a été modifiée en ce mois de février 2019. La menace terroriste est à présent intégrée à la nouvelle version de cet accord.

Il aura fallu six mois de travail en commun pour voir sortir la nouvelle convention nationale de sécurisation des espaces commerciaux. C’est par le biais d’un communiqué officiel que Perifem (association regroupant plus de 200 adhérents distributeurs et industriels) a annoncé le mardi 19 février 2019 la signature de cette nouvelle version.

L’association a trouvé un accord avec le ministère de l’Intérieur, le CNCC (Conseil National des Centres Commerciaux) et l’Alliance du Commerce pour la signature de la nouvelle convention nationale visant au développement de plans de sécurisation des espaces commerciaux. Auparavant laissée de côté, la menace terroriste fait désormais partie des points majeurs de cette convention.

Ce risque fait ainsi office de priorité aux yeux des différents signataires. Outre la lutte contre la menace terroriste, la prévention face à toutes « les formes d’incivilité, de malveillance, de délinquance, de troubles à l’ordre public (…) rencontrées dans les espaces commerciaux et leurs abords immédiats » reste également prioritaire comme le précise le communiqué de Perifem. Loin d’être une nouveauté, cette prévention figurait déjà dans la précédente version de la convention.

À noter que le texte conserve par ailleurs son but initial. À savoir « améliorer la sécurité du public et des collaborateurs des différents établissements travaillant » sur chaque espace commercial. Président de Perifem, Philippe Pauze a fait part de son ressenti à la suite de cette signature.

Une “prise de conscience” face à la menace terroriste

« [Cet accord] va nous permettre de mieux assurer, en coordination avec les forces de l’ordre, la sécurité de nos clients et des collaborateurs des espaces commerciaux », a dans un premier temps confié l’intéressé. Celui-ci a dans un second temps mis en avant la nécessité de lutter face aux inquiétudes des français. « C’est aussi le signe de la prise de conscience par tous des impératifs de sécurité et de la nécessité d’unir toutes les compétences pour faire face au sentiment d’inquiétude des français », a-t-il ainsi ajouté.

Ce sentiment d’insécurité dans les espaces commerciaux semblait d’ailleurs de plus en plus palpable en amont de cette signature. À travers une étude commandée auprès de Opinonway au mois de septembre 2018, Perifem n’a effectivement pas manqué de rappeler que « 74% des français craignaient d’être victimes d’une agression dans un espace commercial ».

Le communiqué précise enfin que, outre les mesures dans la lutte et la prévention de la menace terroriste dans les espaces commerciaux, celles qui existaient depuis 2011 – pour tenter d’endiguer les incivilités, la malveillance, les troubles à l’ordre public et la délinquance – ont été renforcées par cette nouvelle convention.

Ce que prévoit cette nouvelle convention sur chaque site commercial signataire
  • Organisation du partenariat entre les forces de l’ordre et un coordonnateur en gestion de crise présent sur le site commercial.

  • Définition du rôle et de la mission du coordinateur en gestion de crise.

  • Élaboration d’un plan de sûreté.

  • Collaboration avec les forces de l’ordre en matière de vidéo-protection.

  • Traitement des plaintes et investigations.

  • Intervention et coordination des forces de l’ordre.

Afin d’entrer en vigueur sur un site commercial, cette nouvelle convention devra être signée par le procureur de la république, la mairie et la direction de l’espace commercial. Les trois parties fixeront alors le cadre général de leur action commune.
Eitel Mabouong

Eitel Mabouong

Journaliste