Publicité

La COP24 et les entreprises - Crédit Jean-Paul Bounine

La COP24, la France et les entreprises

C’est au sud de la Pologne, à Katowice, que se tient
du 3 au 14 décembre 2018 la COP24. Elle a pour objectif d’adopter les règles d’application de l’Accord de Paris et de rehausser les engagements des pays signataires.

L’Accord de Paris, signé en 2015 lors de la COP21, par l’Union européenne et 183 autres pays, fixait comme objectif de contenir le réchauffement planétaire en dessous des 2 °C, voire à 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels. Or, en 2018, les émissions de CO2, première cause du réchauffement climatique, sont en hausse de plus de 2%. C’est ce qu’ont révélé le 6 décembre 2018 des experts du Global Carbon Project.

La Chine, l’Inde et les États-Unis sont les mauvais élèves

Les besoins en énergie liés à la croissance économique sont essentiellement assurés par les énergies fossiles : le charbon, le pétrole et le gaz.

La Chine, premier émetteur, est à l’origine d’un quart des émissions mondiales de CO2. Elle connait une hausse de 4,7% de ses émissions.

Les États-Unis, deuxième émetteur mondial, sont à + 2,5% et l’Inde à + 6,5%.

Globalement, l’Union européenne voit ses émissions baisser de 0,7 %. Cependant, il existe de fortes disparités entre les pays. Ceux où la filière charbon est importante, comme la Pologne et l’Allemagne, émettent plus de CO2 que la France qui utilise l’énergie nucléaire ou que la Suède qui a développé les énergies renouvelables.

Et la France ?

Dans le top 3 des secteurs d’activité émetteurs de CO2 en France, le transport routier est celui qui en émet le plus. Il est suivi du secteur tertiaire et résidentiel puis de l’industrie manufacturière.

Le président de la République…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2018-12-10T10:53:42+00:0007/12/2018|Mots-clés : , |