Publicité

Incendie Cuba Libre Rouen - Photo Sdis 76

Incendie du Cuba Libre à Rouen :
renvoi en correctionnelle

Dans la nuit du 5 au 6 août 2016, un incendie
dans le sous-sol du bar « Au Cuba Libre »
à Rouen (Seine-Maritime) faisait 14 morts.
Le gérant et le propriétaire du bar sont renvoyés
devant un tribunal correctionnel,
a indiqué le parquet le 4 décembre 2018.

Les deux hommes, deux frères, sont poursuivis pour « homicides et blessures involontaires par violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence », a précisé l’avocat de plusieurs parties civiles à un correspondant de l’AFP.

Dans la nuit du 5 au 6 août 2016, un incendie s’était déclaré dans le sous-sol du bar « Au Cuba Libre » à Rouen, alors qu’une vingtaine de personnes s’étaient réunies au sous-sol du bar, aménagé en boîte de nuit sans autorisation, pour fêter les 20 ans d’une jeune fille qui fera partie des 14 victimes.

Les bougies d’un gâteau d’anniversaire avaient enflammé le plafond et les murs recouverts de plaques de mousse polyuréthane d’un escalier très raide et étroit menant au sous-sol, avant de se propager à l’ensemble de la surface. Le volume de la mini-discothèque s’était alors empli de produits de combustion toxiques. Treize personnes étaient mortes asphyxiées dans le bar. Une quatorzième avait succombé quelques jours après le drame.

Manquements à la sécurité

Plusieurs points peuvent expliquer le drame : l’utilisation d’un matériau d’isolation phonique inflammable incompatible avec un emploi en ERP, un accès par un escalier exigu, un second accès au sous-sol verrouillé et la transformation de la cave du bar en espace privé-discothèque, sans déclaration et donc sans changement de catégorie.

Des manquements à la sécurité qui sont reprochés au gérant…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2018-12-07T16:15:45+00:0007/12/2018|Mots-clés : |