Publicité

Incendie Cuba Libre Rouen - Photo Sdis 76

Piège mortel à Rouen

Dans la nuit du 5 au 6 août 2016, un joyeux anniversaire regroupant une vingtaine de convives bascule dans l’horreur :
le redoutable cocktail mélangeant source de chaleur, matériaux combustibles, gaz toxiques et manque d’issues a durement frappé dans le petit sous-sol du bar Au Cuba Libre.
On dénombre 14 morts et 5 blessés.

Après les attentats du 14 juillet 2016 à Nice puis du 26 juillet à Saint-Étienne-du-Rouvray près de Rouen, la tension est palpable dans les engins qui foncent vers le bar Au Cuba Libre situé non loin des rives de l’agglomération rouennaise (Seine- Maritime). En effet, à 0h20 le samedi 6 août 2016, les pompiers reçoivent un premier appel « pour explosion suivie de feu » avec notion de nombreuses victimes.

Le kilomètre séparant le centre de secours de l’intervention est vite franchi à cette heure pour les sept premiers engins envoyés. Plus de flammes en façade mais une épaisse fumée s’échappe encore de la devanture dont la vitrine est brisée par des chaises jetées par des témoins pour tenter de désenfumer le bar.

L’agitation est grande parmi les clients et employés regroupés devant l’établissement. Les pompiers prennent immédiatement en charge cinq victimes, tandis qu’un poste médical avancé (PMA) est établi sur la large esplanade faisant face au bar. Les halls des immeubles voisins sont investis pour y délivrer les premiers soins à l’abri des riverains. Une lance est établie et s’engage vers une lueur d’incendie localisée à une dizaine de mètres de profondeur au fond du bar. Mais rapidement, à l’écoute des premiers témoins, la notion de nombreuses victimes encore prisonnières du lieu apparaît.

Un accès difficile et exigu

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2018-12-07T16:11:50+00:0007/07/2018|Mots-clés : , |