Publicité

crédit photo Ministère de l'Intérieur-J.Groisard

Simulation d’une attaque terroriste au Groupama Stadium

Un exercice anti-terroriste a été organisé au stade de l’Olympique lyonnais le 9 octobre 2018, en marge du G6 qui réunissait les ministres de l’Intérieur des six pays les plus peuplés de l’Union européenne.

Faire cesser le plus rapidement possible une attaque terroriste. Telle est l’exigence que doit garantir l’État en tout point du territoire français.

Pour démontrer la coopération entre les différents acteurs des forces de l’ordre, un exercice grandeur réelle a été organisé le 9 octobre 2018 au Groupama stadium (60 000 places), en marge du G6 qui se déroulait à Lyon les 8 et 9 octobre.  Les ministres de l’Intérieur des six pays les plus peuplés de l’UE (France, Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Pologne) ainsi que près de 50 délégations étrangères ont assisté à cette simulation.

Tuerie de masse

Le scénario, imaginé par l’Unité de coordination des forces d’intervention, était établi sur la base d’une attaque terroriste et d’une prise d’otages : les terroristes, armés de fusils d’assaut et d’explosifs, entrent dans le stade et font de nombreuses victimes dans les tribunes. Certains se retranchent ensuite dans les salons du stades avec des otages.

700 policiers et gendarmes mobilisés pour mettre en avant l’expertise française dans le cadre du schéma national d’intervention en cas d’attaque terroriste. Crédits photos 1 et 3 : Ministère de l’Intérieur/D.Mendiboure; Crédits photos 2 et 4 : Ministère de l’Intérieur/J.Groisard 

Les forces d’intervention

Quatre cents personnels de la sécurité (policiers, gendarmes, sapeurs-pompiers), des unités d’élite (GIGN, Raid, BRI) et des unités spécialisées (équipes cynophiles, déminage, cybersécurité, police technique et scientifique…) et trois cents figurants ont participé à l’exercice. Ce sont des élèves policiers et pompiers qui jouaient les victimes. Les terroristes étaient incarnés par des fonctionnaires plus expérimentés.

Le schéma national d’intervention

Après les attentats de 2015 qui ont frappé la France, un schéma national d’intervention des forces de sécurité a été mis en place en 2016. Il définit et organise les unités d’intervention selon différents niveaux de difficultés :

  • intervention élémentaire. Elle est affectée à tous les policiers et gendarmes ;
  • intervention spécialisée. Elle relève des forces d’intervention.

Environ 750 unités intermédiaires, de proximité, quadrillent le territoire. Elles assurent la première intervention dans les meilleurs délais.

Martine Porez
Journaliste

ARTICLES SUR LE MÊME SUJET

Par |2018-11-28T16:14:26+00:0019/10/2018|Mots-clés : , , , |