Publicité

Homme en combinaison de protection chimique nettoyant des cuves. Crédit : Endostock-AdobeStock.

EPI. Les gants de protection contre le risque chimique

Sécurité du travailleur. Qu’il s’agisse de gants, de chaussures ou de lunettes, le choix d’un équipement de protection individuelle (EPI) adapté est primordial. L’environnement de travail est l’une des données incontournables lors du processus de décision. Focus sur le cas des gants de protection contre le risque chimique.

Identifier les risques

Comme pour tout EPI, il est en premier lieu nécessaire d’identifier les risques auxquels les travailleurs sont exposés. Dans le cas des gants, les besoins de protection ne sont pas les mêmes en fonction des risques. Il faut retenir qu’il n’existe pas de gant qui assure une protection contre tous les risques.

Protéger d’un risque de coupure nécessite en effet une gamme de gants qui diffère d’une nécessité de protéger d’un risque de brûlure. S’agissant de protection contre le risque chimique, il est là encore nécessaire d’effectuer une sélection bien précise. Cela en raison du fait qu’il existe différents types de risques chimiques.

L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) les répertorie dans sa « Fiche pratique de sécurité ED 112 », datant de janvier 2020.

Des matières en adéquation avec les produits chimiques

Dans cette fiche ED 112, l’INRS liste plusieurs familles de produits chimiques tels que les acides carboxyliques, les aldéhydes, les alcools primaires, les hydrocarbures aliphatiques, les hydrocarbures chlorés, les hydrocarbures aromatiques ou encore les solutions aqueuses.

Pour répondre à ces problématiques, il existe sur le marché des gants de différentes matières. Concernant les gants réutilisables, l’INRS répertorie huit matières, classables…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !