Publicité
Les élèves confinés à l'école Curie-Pasteur de Lomme (Nord). - Crédit Google street view.

Une école se confine par crainte d’une attaque armée

Des élèves et le personnel d’une école de Lomme, dans le Nord, se sont confinés à la suite d’un risque d’intrusion armée dans l’établissement.

Deux hommes cagoulés, des élèves confinés

Le mardi 11 janvier 2022 vers 18h, la directrice de l’école élémentaire Curie-Pasteur à Lomme (Nord) aperçoit, en sortant de son établissement, deux hommes cagoulés et potentiellement armés. Elle verrouille les portes de l’école. Puis elle rassemble dans une salle de classe les 15 élèves de la garderie, les membres du personnel et les parents alors présents. Tous se cachent sous les tables, lumières éteintes. Immédiatement, la directrice contacte les forces de Police.  «Elles ont procédé à la sécurisation du site avec la police municipale », indique le maire sur son compte Facebook.

Fausse alerte

La police sécurise les lieux et examine le quartier à la recherche des deux hommes. Ces derniers auraient poursuivi leur chemin et n’auraient pas montré de signe d’hostilité, selon le parquet de Lille. Les dernières personnes restées dans l’établissement sont évacuées à 19h30. L’enquête est encore en cours mais l’arme aperçue serait potentiellement factice.

Le PPMS dans les écoles

Aujourd’hui, selon le bulletin officiel n° 15 du 13 avril 2017 de l’Education nationale, « chaque année scolaire, au moins un exercice ʺattentat-intrusionʺ est réalisé dans les écoles et les établissements scolaires ». Ainsi, ces exercices ont pour but de préparer les élèves et le personnel à adopter les bons réflexes en cas d’intrusion dans l’établissement. Les élèves apprennent à :

  • reconnaitre l’alarme indiquant un risque d’intrusion ;
  • identifier les sorties et cachettes ;
  • barricader la pièce dans laquelle ils se trouvent…

Depuis 2002, le PPMS (plan particulier de mise en sûreté) assure « la mise en œuvre des mesures de sauvegarde des élèves et des personnels en attendant l’arrivée des secours » en cas de risques majeurs (tempête, inondation, accidents technologiques, attentats…). Il a été modifié après les attentats de Paris de 2015 par la circulaire n° 2015-205 du 25 novembre 2015. Chaque établissement scolaire doit élaborer son PPMS et en assurer le maintien opérationnel.

Chloé Moreau, stagiaire