Publicité
Le risque climatique est une réalité pour les entreprises - Crédit : mb67-AdobeStock

Anticiper les crises climatiques

Le risque climatique devient une réalité pour les entreprises. Mais pour se préparer au mieux aux crues, aux orages et autres tempêtes, il leur manque des informations qui leur sont inaccessibles.

La succession des épisodes climatiques est devenue une réalité. La France n’est pas épargnée : tempête Alex en octobre 2020, inondations à Beauvais les 21 et 22 juin 2021 où un tiers des entreprises ont été impactées… Et en juillet 2021, c’est l’Allemagne et la Belgique qui sont touchées par des inondations meurtrières. Près de 100 morts et des dizaines de disparus en Allemagne et au moins douze morts et cinq disparus en Belgique .

Les entreprises doivent se préparer à ces crises climatiques. « Elles ne peuvent plus repousser l’échéance », explique Vincent Balouet du cabinet maitrisedescrises.com. Cet ancien du Clusif et du Cigref affirme que le risque climatique doit rentrer dans le radar des entreprises.

>>> Lire aussi : Climat. La baisse des émissions de gaz à effet de serre est insuffisante

Établir un diagnostic des risques climatiques

Pour faire face aux intempéries, il faut penser d’abord à la protection des installations de l’entreprise et des personnes qui y travaillent. Pour cela, une analyse du risque physique s’impose. Il faut dans un premier temps analyser l’exposition de son entreprise aux aléas externes : inondations, glissements de terrains, ouragans… Puis étudier les vulnérabilités liées à l’activité de l’entreprise. Le BTP sera plus exposé aux vagues de chaleur ou aux fortes précipitations par exemple.

>>> Lire aussi : Climat. L’Etat condamné à agir pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

Avoir une vision sur les réseaux

Mais, lors d’un point presse du 1er juillet 2021, Vincent Balouet attirait l’attention sur un sujet précis. Avoir une vision sur les réseaux : énergies, télécommunication, eau, assainissement, transport… Ce que les entreprises ne maîtrisent pas mais qui sont indispensables à la continuité de leurs activités.

Or, elles n’ont pas accès à certaines de ces données, en particulier si elles ne sont pas OIV (opérateur d’importance vitale). Et le spécialiste de la maîtrise des crises de s’inquiéter de ne pas savoir, par exemple, pendant combien de temps les réseaux seraient affectés en cas d’une crue majeure à Paris.

Afin que les entreprises puissent s’adapter à ces risques climatiques, la circulation de ces informations doit être possible « si l’on souhaite que les acteurs économiques puissent se prendre en charge et… poursuivre leur activité ! », écrit-il dans un message adressé au Premier ministre.

Risque-climatique-Inondations-Paris-juin-2016-Crue-transport-crédit : WillG75/AdobeStock