Publicité
Lubrizol-Enquête-Santé publique-Crédit: Cyradis/Flick/Cc

Rouen. Les premiers résultats de l’enquête de santé réalisée après l’incendie de Lubrizol et Normandie Logistique

Santé publique France livre les premiers chiffres de participation à l’étude sur la santé et la qualité de vie après l’accident industriel survenu à Rouen le 26 septembre 2019.

La Direction générale de la santé a missionné Santé publique France pour évaluer l’impact sanitaire de l’incendie du 26 septembre 2019 des sociétés Lubrizol et Normandie Logistique à Rouen.

Afin d’évaluer cet impact sanitaire sur la population, depuis le jour de l’incendie et pendant les 10 ans à venir, Santé publique France a mis en place le dispositif SPI 76. Celui-ci comprend notamment une enquête intitulée « Une étude à l’écoute de votre santé ».


>>> Lire également : Lubrizol. Une enquête épidémiologique est lancée auprès de la population de Rouen


Cette enquête s’est déroulée en deux phases, de septembre à décembre 2020. Elle a été effectuée auprès d’un échantillon représentatif des habitants de 122 communes de Seine-Maritime concernées par l’accident. Elle portait sur les symptômes et les problèmes de santé ressentis pendant l’événement, sur l’information reçue et sur la santé et la qualité de vie au moment de l’étude.

4 777 adultes ont répondu à l’enquête

Le 15 janvier 2021, l’agence de santé publique a dévoilé les tout premiers résultats de l’enquête. Il s’agit des chiffres de participation.

La première phase de l’étude s’est déroulée du 4 septembre au 27 octobre 2020 avec un questionnaire principal. 4777 adultes y ont répondu sur les 10 777 personnes tirées au sort. Parmi ces répondants, 1306 ont également répondu aux questions concernant la santé de l’un de leurs enfants de moins de 18 ans.

« Les objectifs de l’étude, qui étaient de recueillir des informations sur 5 000 adultes et 1 400 enfants, ont donc été quasiment atteints », se félicite l’agence.

Seconde phase, du 12 novembre au 21 décembre 2020 : un questionnaire complémentaire spécifique à la santé mentale. Son objectif est d’évaluer les conséquences psychologiques que l’incendie a pu avoir sur la population exposée (anxiété, dépression, stress post-traumatique). 2 894 personnes y ont répondu.

Des analyses statistiques à venir

Les informations recueillies vont être enregistrées et organisées dans une base de données à des fins d’analyses statistiques. Ceci, dans le respect du RGPD (Règlement général sur la protection des données) et sous le contrôle de la Cnil, précise Santé publique France.

« Ces analyses consisteront à décrire les perceptions de l’exposition à l’incendie (panache de fumées noires, odeurs, dépôts de suie et débris de toit, etc.) et à compter le nombre de personnes ayant vécu ces nuisances. »

On connaîtra alors l’ensemble des symptômes et des problèmes de santé ressentis pendant et après l’accident. Ainsi que la proportion de la population concernée.

Les résultats seront disponibles au milieu du premier semestre 2021. Ils pourront par ailleurs conduire ensuite à des recommandations de santé publique.