Publicité
Face au Risque n° 559 - février 2020

S’adapter au changement climatique

 Face au Risque consacre son dossier du numéro
de février 2020 au changement climatique. Différentes pistes et plusieurs exemples sont donnés pour aider les entreprises du secteur de la sécurité à s’adapter à ce changement.

Inondations, feux de forêts, canicule… Notre climat change et les impacts de ce changement sont bel et bien visibles. L’intensification des événements extrêmes et la hausse des températures entraînent de nombreux risques pour les entreprises, qu’elles ne peuvent plus ignorer.

C’est pourquoi nous consacrons notre dossier de février 2020 au changement climatique. Et plus précisément aux risques qu’il représente pour les entreprises et à la façon dont elles s’adaptent ou doivent s’adapter.

Le retour d’expérience

Parmi les articles de la rubrique Rex, nous proposons une analyse de l’incendie du restaurant La Mère Poulard au Mont-Saint-Michel qui met en exergue la problématique des feux dans les centres-villes anciens.

Nous revenons également sur l’incendie d’un entrepôt du transporteur Kuehne et Nagel survenu en juillet 2019. Et sur le coup de grisou mortel qui s’est produit il y a 35 ans dans la mine de Forbach en Moselle et les conséquences qui ont suivi.

La rubrique Droit

Côté réglementation, nos abonnés pourront lire un article de l’avocat Thibault du Manoir sur les cas de refus des cartes professionnelles de la sécurité privée.

Ils trouveront également les habituels articles de jurisprudence, avec notamment cette fois-ci, un défaut de formation renforcée à la sécurité.

Un point est fait sur la durée de conservation des données personnelles en matière de vidéosurveillance. Et la veille réglementaire termine la rubrique.

Économie & Technologies

Un article est consacré au marché des EPI (équipements de protection individuelle) porté par les innovations et qui se porte bien (+3,5% du CA en 2019). Un autre article traite des dispositifs Dati et PTI destinés aux travailleurs isolés.

Le magazine arrivera dans les boîtes aux lettres le 3 février 2020.

Martine Porez
Journaliste