Publicité

Incendie d'archives de Lausanne. (Crédits photo Éric Jaquerod).

Incendie d’archives de Lausanne : comment se sont-ils relevés ?

Après-sinistre. Quatorze entreprises copropriétaires d’un immeuble de Lausanne ont été victimes, il y a 10 ans, d’un incendie hors-norme. Retour sur les années qui ont suivi le sinistre.

Le sinistre

Le jeudi 24 septembre 2009, à 15 h 49, les pompiers de Lausanne (Suisse) partent pour un incendie dans un bâtiment de deux étages. C’est au 2e sous-sol, dans un local à archives de 4 600 m² non compartimenté, que le feu a pris.

50 000 cartons, soit 850 tonnes d’archives appartenant à 120 clients, y sont stockés dans des armoires métalliques à translation électrique. Mais ces armoires sont très hautes et forment un véritable labyrinthe, si bien que les jets des lances des pompiers ne parviennent pas à atteindre le foyer. « Bientôt, les deux escaliers les plus proches deviennent inaccessibles en raison de la chaleur », écrivait René Dosne dans son article qui relatait l’événement (Face au Risque n° 461, mars 2010).

Le premier sous-sol, un parking comptant ce jour-là 45 véhicules, s’enfume à son tour. La température atteint 600 °C. Ni les ventilateurs à grand débit apportés par les pompiers de Genève pour extraire les fumées et faire baisser la température, ni la mousse, rapidement détruite par la chaleur, n’ont d’effets sur le feu. Soudain, une dalle de 64 m² s’effondre entre les deux sous-sols.

Deux jours après le début de l’incendie, une ouverture dans le mur du 2e sous-sol permet de se rendre compte que les 4 600 m² d’archives sont toujours en feu. Une opération « piscine » est alors décidée. L’idée est de remplir ce niveau avec les eaux du lac Léman qui se trouve à 1 600 m. L’armée apporte son aide pour cette opération. Nouvel …

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32