Publicité

Manger du poisson 1er avril (photo wikipedia)

Manger du poisson augmente nos capacités de détection et d’extinction

Le lien entre l’alimentation et certaines aptitudes physiques et psychologiques n’est plus à démontrer. Depuis ce lundi 1er avril, il est désormais acté que manger du poisson accroît les capacités de détection et d’extinction dans un incendie.

L’information est partie d’un constat simple : en général les derniers jours de formation de lutte contre le feu, le vendredi, les stagiaires sont beaucoup plus performants. Non seulement ils détectent mieux les feux. Mais ils sont aussi plus adroits pour les éteindre.

Des prouesses mises sur le compte de l’expérience. « Nous avions émis l’hypothèse que, pressés de rentrer chez eux, les stagiaires voulaient en finir et partir en week-end. Ils réussissaient ainsi mieux les tests » précise Olivier Goujon, moniteur instructeur dans un centre de formation.

Manger un poisson d’avril n’augmente aucune capacité de détection

C’était sans compter sur l’étude d’un laboratoire néerlandais qui a mis au jour l’étrange relation. « Le vendredi c’est poisson à la cantine. En servant un plat de poisson le mardi, on s’aperçoit que les résultats au test d’effort et à la concentration sont bien meilleurs. Des capacités qui sont aussi requises pour la détection et l’extinction incendie dans une équipe, » précise Olaf de Berck.

Finalement manger du poisson donne aussi de la matière grise. Un constat qui, bien entendu, se vérifie uniquement le 1er avril.

ARTICLES SUR LE MÊME SUJET

Par |2019-04-01T16:06:53+00:0001/04/2019|Mots-clés : |