3M Aura 9300
genetec
Cordura live durable

Industrie. Photo AlexZel/Fotolia

Mobilisation pour la prévention
des risques industriels

Les ingénieurs de l’industrie et des mines, chargés du contrôle des sites présentant des risques industriels,
ont fait grève le 21 septembre 2018, date anniversaire
de la catastrophe d’AZF.
Ils veulent alerter sur les conséquences de la réforme de la réorganisation de l’État en cours et dénoncer les menaces qui pèsent sur leurs missions.

Ils craignent que la réforme n’affaiblisse la présence de l’État au plus près des entreprises et le contrôle de l’industrie.

« Si des évolutions ou priorisations des missions de développement économique peuvent être envisagées, le maintien de seulement 120 agents dans les services déconcentrés, comme annoncé par le ministre de l’Économie et des Finances le 4 septembre 2018, ne peut conduire qu’à un échec », alerte le Syndicat national des ingénieurs de l’industrie et des mines (SNIIM) dans un communiqué.

Le syndicat craint l’affaiblissement de la chaîne de commandement de l’inspection des installations classées et donc la diminution du niveau de protection des populations vis-à-vis des risques industriels, notamment des sites Seveso.

Cet appel à la grève, symbolique, marque le début d’une campagne de mobilisation, dont les actions pourront prendre d’autres formes, affirme le SNIIM.

Des postes menacés

L’association Robin des Bois a par ailleurs publié, le 20 septembre 2018, un communiqué pour soutenir «l’appel à la grève des…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2018-10-26T16:33:01+00:0025/10/2018|Mots-clés : , |