Publicité

Musée sauvegarde œuvres

Les musées de Paris œuvrent
pour la protection du patrimoine

Les musées publics de Paris, regroupés sous le terme Paris Musées, ont mis en place un plan de sauvegarde des œuvres (PSO) en cas de risques d’incendie ou de catastrophes naturelles.

Paris Musées est un établissement public administratif, créé le 20 juin 2012 par la ville de Paris. Il est chargé, depuis le 1er janvier 2013, de la gestion des 14 musées de la capitale et totalise plus d’un million d’œuvres. Cet établissement d’environ 1 000 personnes soutient la mission d’équipement culturel de premier plan au service des parisiens : préservation, valorisation et enrichissement des collections, élargissement des publics, qualité et succès des expositions, adaptations aux nouvelles technologies, partenariat avec d’autres musées et institutions culturelles en France et à l’étranger. Paris Musées contribue ainsi au rayonnement national et international des musées parisiens.

L’objectif d’un plan de sauvegarde des œuvres

Il existe déjà de nombreuses procédures pour sauver des vies humaines. La protection des biens culturels nécessitent également un plan afin de sauvegarder notre patrimoine. Le plan de sauvegarde des œuvres (PSO) a pour vocation lors de sinistres de grande ampleur, de protéger les œuvres en les évacuant, soit vers des étages supérieurs, soit vers d’autres lieux.
Lorsqu’un sinistre important survient (incendie, inondation, effondrement de structure…), le PSO doit être activé dès lors qu’il y a un risque pour les œuvres. Les documents du PSO doivent être opérationnels et concis. Dans le cas contraire, les acteurs du PSO ne seraient pas en mesure, faute d’informations pratiques, de mettre en oeuvre des actions rapides et efficaces.
Le référent-cadre du musée utilisant le PSO est nommé le coordinateur. Il planifie les opérations de sauvetage des collections, en relation avec le commandant des opérations de secours (COS) des sapeurs-pompiers dans le cas d’un incendie. Le COS dirige ses équipes pour évacuer les œuvres selon les indications fournies par le coordinateur. De ce fait, tous les documents doivent être synthétiques et connus des personnels des musées.

La réglementation

Depuis la convention de La Haye en 1954, il est entendu que le patrimoine culturel susceptible de subir des dommages suite à des catastrophes naturelles doit être protégé. Mais il est question de plan de sauvegarde des œuvres pour la première fois en 2006 dans le guide Orsec. Tout bâtiment abritant des biens culturels doit donc s’auto-organiser pour faire face aux risques.
Dix ans plus tard, ce plan de sauvegarde constitue une priorité pour le ministère de la Culture dans sa directive nationale d’orientation 2016-2017. La note de la direction générale des patrimoines de 2016 sur « le plan de sauvegarde des biens culturels » précise chaque étape à réaliser afin d’aboutir à un plan mis à jour et testé par des exercices.
Toutefois, il n’existait pas jusqu’à présent d’outil méthodologique synthétique. Paris Musées a donc souhaité doter les musées d’un tel outil permettant d’accompagner les institutions patrimoniales dans la rédaction de ce plan.

1 PSO = 1 risque majeur