Publicité
Renault Flins - Environnement - Economie circulaire - Crédit photo: GroupeRenault

Environnement. Renault transforme son usine de Flins en site dédié à l’économie circulaire

Pour répondre aux enjeux économiques et à ceux liés à la transition écologique, Renault réoriente l’activité de son usine de Flins (Yvelines) en un site dédié à l’économie circulaire, avec un objectif de bilan carbone négatif à l’horizon 2030.

Les enjeux liés à la transition écologique

En matière d’environnement, l’étaux se resserre un peu plus ces derniers jours autour de l’Etat français. Il est renvoyé devant la Cour de justice de l’Union européenne pour pollution aux particules fines PM10. En effet, les seuils d’exposition à ces PM10 ont été dépassés dans certains endroits, notamment Paris et la Martinique. Ces particules fines proviennent essentiellement des émissions de l’industrie, de la circulation automobile et du chauffage domestique.

Par ailleurs l’Etat français doit justifier, avant la mi-février 2021, que la réduction de 40 % d’émissions de gaz à effet de serre (GES) sera respectée à horizon 2030.

Il presse les entreprises et les collectivités à s’engager vers des politiques de réduction d’émissions de GES et en particulier de leurs émissions de CO2.

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a annoncé le 18 novembre 2020 l’extension du dispositif des zones à faible émission (ZFE) aux 35 agglomérations de plus de 150 000 habitants d’ici à 2025. Dans ces zones, le droit de circuler en voiture variera selon le niveau de gaz polluants qu’elle rejette. En outre, 11 métropoles devront créer ce dispositif avant la fin 2021.

Un site d’économie circulaire

Pour répondre à ces enjeux liés à la transition écologique, mais aussi à ses difficultés économiques, le groupe Renault a annoncé le 25 novembre 2021 son plan de transformation de l’usine de Flins (Yvelines).  Ainsi, l’assemblage de véhicules neufs (la Zoé et la Micra de Nissan) va être arrêté sur ce site en 2024. Et Flins va devenir le « premier site européen d’économie circulaire dédié à la mobilité ». Le groupe automobile vise un bilan carbone négatif en 2030 sur ce site historique créé en 1952.

Ce modèle d’économie circulaire, appelé Re-Factory, est basé sur trois axes :

  • favoriser l’usage d’un véhicule plutôt que sa possession ;
  • allonger sa durée de vie par la maintenance ;
  • réutiliser ce qui le compose pour d’autres usages.

« Ce projet s’appuie sur notre engagement pionnier dans l’économie circulaire, sur nos valeurs, sur nos savoir-faire et répond pleinement à notre ambition de transformer positivement notre industrie », a déclaré Jean-Dominique Senard, président du conseil d’administration du groupe Renault.