Publicité
Agent de sécurité - Fotolia 96805388

Un kit de lutte contre le Covid-19 pour les agents de sécurité

Depuis la mise en place du confinement, le ministère du Travail publie des fiches pratiques de prévention sanitaire par secteur professionnel ou métier. Un kit de lutte contre le Covid-19 a été mis en ligne pour les agents de sécurité.

Après avoir publié trois premières fiches le 27 mars dernier (travail en caisse, en boulangerie et la profession de chauffeur livreur), le ministère du Travail a régulièrement mis à disposition sur son site internet des plaquettes – conseils pour lutter contre la propagation du virus, à destination des employeurs et des salariés toujours en activité. Parmi les 23 fiches disponibles à ce jour, l’une des dernières en date s’intéresse spécifiquement aux agents de sécurité.

Une profession en première ligne

Hors personnel des services de santé, le regard des médias s’est très vite tourné vers les autres professionnels placés en première ligne de l’épidémie : caissiers, commerçants, artisans, livreurs, taxis. Le sort des agents de sécurité n’a pas eu aussi bonne presse, alors qu’il est très exposé au virus puisque fréquemment au contact du public.

Les premiers décès dans la profession, comme le cas de ce chef de la sécurité du centre commercial O’Parinor d’Aulnay-sous-Bois (93) rapporté par Le Parisien, ont contribué à braquer les projecteurs sur ces métiers aussi indispensables au fonctionnement de l’économie. Du moins pour les pans de cette dernière qui continuent à tourner. Comme le rappelait récemment un agent de sécurité dans les colonnes de La République du Centre : « On est en première ligne. Qui est aux portes d’entrée des magasins, dans les hôpitaux, sites Seveso, sites militaires ? C’est nous. ».

Une double peine

Rappelons qu’en France la profession regroupait 177 250 agents en 2018 (selon l’enquête de branche menée par l’Institut d’informations et de conjonctures professionnelles). Ils exercent dans les métiers de la surveillance humaine, la sûreté aéroportuaire, la télésurveillance, le transport de fonds, la protection physique des personnes.

Le secteur de la sécurité est aujourd’hui doublement mis à mal. Économiquement d’abord, car de nombreuses activités sont à l’arrêt, comme le tourisme, l’événementiel, le sport ou la culture. D’un point de vue sanitaire ensuite puisque le personnel reste très exposé, notamment dans les hôpitaux et les commerces essentiels.

Gestes barrières et protection spécifique du visage

Le kit de lutte développé par la fiche du ministère du Travail présente trois phases essentielles à observer : préparer, réaliser et vérifier toute action liée à la sécurité.

A côté des mesures de distanciation sociale, des gestes barrières usuels, de nettoyage des lieux communs (PC de sécurité, vestaires…), des surfaces, des équipements et des vêtements, de la fourniture du matériel (gel hydroalcoolique…), on notera l’accent mis sur la protection du visage.

Des protections spécifiques du visage peuvent ainsi être adoptées : barrière de séparation transparente (plexiglas…), port d’un casque à visière, masques (chirurgicaux ou FFP2) pour les secours à personne.

Consciente de la difficulté à se procurer des masques, il est à noter que la FFSP (Fédération française de sécurité privée) s’est associée au projet Masques Résilience porté par le ministère du Travail. Plus d’informations sur