Publicité

Panic room. (Photo Kecko via Flickr_Licence Creative commons).

La panic room

Qu’est-ce qu’une panique room ? Quelles sont ses caractéristiques ? Quelles sont les différences entre « panic room », « safe room » et « safe haven » ? Les réponses à l’ensemble de ces questions sont à retrouver dans cet article.

Qu’est-ce qu’une panic room ?

Littéralement « pièce de panique » en anglais, l’expression panic room peut se traduire en français par « pièce de sûreté », « pièce anti-intrusion » ou « abri fortifié ». Il s’agit d’une pièce d’un bâtiment dont la fonction est de protéger les personnes et/ou les biens précieux d’agressions extérieures. Les personnes désirant s’équiper d’une panic room peuvent être des célébrités, des hommes d’affaires, des entités exerçant des activités sensibles (ambassades, bijoutiers, etc.).


À quoi doit résister une panic room ?

De la nature des agressions considérées vont se déduire les dispositifs de sécurité intégrés à la panic room. Tentative d’intrusion et/ou d’extorsion, attaque à main armée, explosion et incendie, tels sont les périls fréquemment évoqués. La durée de résistance de la panic room est variable, en fonction du danger et de son intensité, mais aussi du niveau de qualité des équipements installés.

Hormis son coût, deux contraintes supplémentaires se posent lors de son installation : le nombre de personnes et/ou le volume des biens à protéger, les caractéristiques du bâtiment (structure, niveau…). Il est évident qu’une pièce de sûreté prévue pour un seul individu et pensée avant la construction d’un ouvrage sera beaucoup plus facile à mettre en œuvre qu’un abri à insérer dans l’existant pour un groupe de plusieurs personnes.

Un…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement