Publicité
reconnaissance faciale - intelligence artificielle - credit thispersondoesnotexist.com

Reconnaissance faciale : un moratoire mis en place par l’Union Européenne ?

Une fuite en provenance de la Commission Européenne a jeté un froid dans les domaines de la biométrie et de l’intelligence artificielle.
Bruxelles envisagerait une interdiction temporaire de la reconnaissance faciale dans l’espace public, en ménageant quelques exceptions.

Alors que le débat public bat son plein et que les expérimentations ont débuté dans l’espace européen, le réseau de médias Euractiv vient de révéler un leak en publiant des extraits d’une ébauche de livre blanc sur l’intelligence artificielle émanant de la Commission Européenne.

C’est une phrase extraite par les journalistes d’Euractiv de ce livre blanc qui jette le trouble : parmi les propositions faisant corps autour d’une approche européenne de l’intelligence artificielle, ils notent que le futur cadre réglementaire pourrait « inclure une interdiction provisoire de l’utilisation des techniques de reconnaissance faciale dans les lieux publics ». Et ce « pour une période définie (3 à 5 ans par exemple), durant lesquels une méthodologie rigoureuse destinée à évaluer l’impact de cette technologie d’éventuelles mesures de gestion des risques pourraient être identifiées et développées. »

Des expérimentations en cours

La technologie de la reconnaissance faciale fait l’objet de tests poussés au Royaume-Uni depuis 2016, notamment par Scotland Yard. De son côté, l’Allemagne s’apprête à lancer un projet visant à équiper 134 gares et 14 aéroports.

En France, après les expériences menées en grandeur nature dans les aéroports parisiens et lors du carnaval de Nice, c’est le système d’identification par reconnaissance faciale de l’Etat français Alicem qui est attendu dans les mois à venir.

Une fiabilité à…

Ce contenu est accessible sur abonnement.

OFFRE
DÉCOUVERTE !

> J’en profite !