Publicité

Siège Eset Bratislava. (Photo Eset).

Eset, la cybersécurité de bout en bout

Sécurité informatique. Le 15 octobre 2019, Eset, entreprise slovaque spécialiste de solutions antivirus, présentait les dernières avancées dans la recherche contre les attaques numériques. L’occasion aussi de démontrer que la menace est plus que jamais présente.

Depuis le siège de l’entreprise Eset, qui occupe les derniers étages d’une tour à Bratislava, on peut voir le Danube couler. Son flot tranquille ne dit rien des tourments que les habitants de la capitale de la Slovaquie ont connu ses 70 dernières années.

Bratislava est, avec Lomé au Togo, la seule capitale frontière. Il y a trente ans, elle délimitait le rideau de fer. Depuis le siège d’Eset se dessine l’Autriche en arrière-plan. Il faut trois quarts d’heure en voiture pour rejoindre Vienne. La route est parsemée d’éoliennes et pendant trente ans, elle était inconnue ou presque des habitants de la Tchécoslovaquie.

Vienne a joué un rôle important dans la naissance de l’entreprise Eset qui commercialise des antivirus pour les particuliers et les entreprises. Plus précisément, le toponyme de la ville. En effet, en 1987, les trois futurs fondateurs d’Eset analysent un virus, Vienna, qui aura des dizaines de variantes. Ce virus infecte MS-DOS. Il demande une exécution des programmes sur des jours ou des heures impossibles (25 heures dans la journée ou 32 jours dans le mois). Ce changement anodin dans l’exécution des programmes conduit au plantage inexorable de la machine. Le virus serait le fruit d’un jeu réalisé par des étudiants de l’université de Vienne – d’où son nom – mais cela n’a jamais été prouvé.

Il faut se replonger dans cette époque où les hackeurs ont déjà une perspective éthique et libertaire : à Berlin, puis à Hambourg, naissent les premiers Chaos Computer Club qui forment aujourd’hui encore, et malgré le folklore inévitable qui les entoure, la plus grande organisation européenne de hackeurs.

Les temps ont changé mais les risques ont persisté au point qu’ils touchent tout le monde : gouvernements, entreprises, particuliers. L’éventail est aussi bien plus grand.

Naissance de l’entreprise Eset

Deux ans après cette première analyse de virus Vienna, c’est la chute du mur de Berlin et la révolution de velours. En 1992, la Tchécoslovaquie se scinde pacifiquement en deux : les républiques Tchèque et Slovaque naissent. Eset devient une entreprise avec ses trois fondateurs et un employé. 26 ans plus tard, elle en compte 1 600 répartis dans 22 centres partout dans le monde.

L'équipe Eset en 1987. (Photo Eset).
1987, l’équipe tchécoslovaque à l’origine de l’antivirus NOD32. Rappelons que le pays est alors aux mains du parti communiste lui-même aux ordres de Moscou.

Dans l’antiquité égyptienne, Isis est une reine mythique, une déesse funéraire protectrice. En slovaque, Isis se dit Eset et c’est sans doute l’image de cette entité surnaturelle et bienfaitrice qui a guidé le choix des concepteurs de