Publicité
Incendie Lubrizol chiffres. (Photo Décidons Rouen Flickr_CC).

Lubrizol : chiffres, pollution, restrictions… où en est-on 20 jours après ?

Cela fait désormais trois semaines que le site rouennais de Lubrizol a sévèrement été touché par un incendie. Les débats des premiers jours laissent place aux tant attendus résultats de prélèvements… Ainsi qu’à la première vague de levées des interdictions préventives.

Un large principe de précaution avait été instauré dans les minutes qui ont suivi l’incendie de Lubrizol le jeudi 26 septembre 2019. Ce dernièr commence peu à peu à être levé.

Dès le lundi suivant, le 30 septembre, une majorité des établissements scolaires étaient ainsi rouverts dans la région rouennaise. En cette mi-octobre, ce sont à présent les agriculteurs qui aperçoivent une légère éclaircie.

Reprise de la collecte de lait et des productions laitières

Le lundi 14 octobre 2019, Pierre-André Durand – préfet de Seine-Maritime – a en effet officiellement annoncé la levée des mesures de restriction sur la collecte de lait, les produits laitiers ainsi que sur l’accès des animaux aux pâturages. Ces mesures étaient en vigueur depuis le samedi 28 septembre 2019.

« L’arrêté préfectoral est en train d’être préparé (…). Cela signifie que la reprise de la production peut s’opérer sans délai… Surtout la reprise de la collecte », a notamment lâché l’intéressé lors d’un point presse et des propos relayés par 20 Minutes. Avant de conclure qu’il fallait voir cela comme « une excellente nouvelle pour nos agriculteurs ».

En dépit de cela, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire et de l’alimentation de l’environnement et du travail) ne se voulait pas aussi optimiste à ce sujet.

Une reprise sous conditions pour l’Anses…

L’agence a dans un premier temps confié que les résultats observés sur la période du 29 septembre au 7 octobre « ne montrent pas de dépassement des teneurs maximales réglementaires ».

Ajoutant néanmoins certaines précautions… À travers un communiqué publié le même jour – à savoir le lundi 14 octobre 2019 – l’organisme a ainsi fait savoir que des mesures restaient à prendre concernant les futures collectes.

L’Anses a ainsi appelé à ce que cette levée des mesures de restrictions de la commercialisation du lait «s’accompagne d’un dispositif de surveillance renforcée». Ce dispositif devant, à ses yeux :

  • « Tenir compte du mode d’hébergement et d’alimentation des animaux » ;
  • Et « permettre une détection précoce de contaminations du lait, que ce soit via le sol de pâtures ou par le biais de l’abreuvement ou d’aliments locaux susceptibles d’avoir été exposés ».

Publication des produits brûlés chez Normandie Logistique

Cette levée n’était toutefois pas la seule nouvelle du lundi 14 octobre. Normandie Logistique, site voisin de Lubrizol en partie touché par l’incendie du 26 septembre dernier, a ainsi publié la liste des produits qui ont brûlé cette nuit-là, via le site officiel de la préfecture de Seine-Maritime.

Dans les faits, un entrepôt de Normandie Logistique a entièrement brûlé… Tandis que deux autres ont partiellement été touchés. Parmi les produits partis dans les flammes, on retrouve notamment d’après ce listing :

– 65 tonnes de produits Total ;
– 914 kilos de cire d’abeille ;
– 111 pneus ;
– 12 pots marquage sol peinture ;
– Ou encore 2 chariots élévateurs.

Au total, ce sont 4 252 tonnes de produits – matières premières ou produits finis – qui ont brûlé dans ces trois bâtiments estampillés Normandie Logistique… Dont 1 691 tonnes de produits Lubrizol.

Sur le site même de Lubrizol, le chiffre de 5 253 tonnes de produits chimiques brûlés avait précédemment été avancé.

Ce sont ainsi 9 505 tonnes de produits qui sont partis en fumée lors de l’incendie du 26 septembre 2019.

Pas de résultat alarmiste… pour le moment

Au cours de ces derniers jours, les résultats de prélèvements sur la qualité de l’air et de l’eau du robinet n’avaient rien révélé d’inquiétant. Plusieurs autres prélèvements sont déjà en cours de préparation ou d’analyse.

À noter que Lubrizol fera l’objet d’un « dossier spécial » dans le numéro de novembre de Face au Risque. Retour sur la gestion de l’événement, sur le développement du feu et l’intervention des sapeurs-pompiers, analyse de la communication de crise et rappel de la réglementation Seveso seront notamment au programme.