Publicité

Media - crise - communication-Crédit : Toucanradio/Flickr/Cc

Sinistres et médias, les experts s’interrogent sur la conduite à tenir
face aux journalistes

Alors que l’incendie de l’entreprise rouennaise Lubrizol était à peine éteint et que les conséquences du sinistre risquent d’être majeures, la Compagnie des experts d’assurance organisait le 27 octobre 2019 une conférence sur la relation entre sinistres et médias.

Le thème de la conférence, « Sinistres et médias », s’est imposé à la CEA (Compagnie des experts) face à la médiatisation de plus en plus forte des sinistres qui expose la profession d’expert en assurance.

« Les médias font pleinement partie de notre environnement professionnel. Il nous appartient de maîtriser ce paramètre » annonce en préambule de la conférence, Olivier Boniface, président de la CEA.

L’hypermédiatisation

Mais comment gérer cette problématique d’hypermédiatisation quand elle s’invite dans les dossiers des experts d’assurance à la suite d’importants sinistres tels que ceux consécutifs à l’ouragan Irma en 2017 ?

Michel Morin a connu différentes situations de crises lorsqu’il exerçait la fonction de préfet entre 1987 et 2008 dans plusieurs départements de l’Hexagone. « Auparavant, on connaissait les médias locaux et leurs journalistes, explique-t-il. Au fur et à mesure, sont arrivées les chaînes nationales puis les chaînes d’information continue. Les rapports n’ont plus été les mêmes. »

Et les réseaux sociaux ont également fait leur apparition, si bien que « nous n’avons plus le temps d’expliquer les choses » déplore Didier Heiderich, président de l’Observatoire des crises.

Stéphane Penet, directeur à la Direction des assurances de biens et de responsabilités de la Fédération française d’assurance (FFA), affirme que le besoin d’immédiateté gén…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32