Publicité

détecteurs de fumée (photo Your Best Digs _ flickr_commons)

Incendie : la FFMI veut durcir la loi
sur les détecteurs de fumée

La loi n°2010-238 du 9 mars 2010 fait parler d’elle en ce mois de mai 2019. Le Gifsid et la FFMI, Fédération française des métiers de l’incendie, réclament une application plus stricte de cette loi rendant obligatoire les détecteurs de fumée dans les logements.

8 mars 2015… C’est en principe à cette date que tous les logements du territoire français devaient être équipés d’au moins un détecteur de fumée, ou détecteur autonome avertisseur de fumée (Daaf). Pour rappel, via cette loi du 9 mars 2010, chaque propriétaire de logement doit fournir et installer ces appareils.

Publicité

Plus de quatre ans après cette date limite imposée par la législation, l’objectif initial n’est toujours pas rempli. Un constat que n’a pas manqué de souligner la FFMI ces derniers jours, en s’appuyant sur un sondage réalisé par Bricozor en avril 2019.

Les constats alarmants sur la loi du 9 mars 2010

Le site internet spécialisé dans la quincaillerie, relayé par Capital.fr, a ainsi mis en évidence plusieurs tendances préoccupantes.

En premier lieu, sur les 16 024 personnes sondées, seuls 45 % des propriétaires et 39 % des locataires déclarent disposer d’un détecteur de fumée installé et en état de fonctionnement dans leur logement… Alors qu’à l’origine, ce résultat devait être de 100 % dès le mois de mars 2015.

Pire encore… 8 % des propriétaires et 18 % des locataires sondés sont incapables de savoir avec certitude s’ils possèdent un Daaf chez eux.

Quant à ceux qui en ont un chez eux, seul un sondé sur deux l’a installé dans un lieu adapté. Tandis que 16 % l’ont placé dans la cuisine et 15 %…

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32