Publicité

incendie de Courchevel 1850 (Photo Wikipedia via Flickr)

Incendie de Courchevel : l’enquête proche d’un dénouement

L’enquête ouverte par le parquet de Chambéry suite à l’incendie de Courchevel, dans la nuit du 20 au 21 janvier 2019, pourrait connaître un nouveau rebondissement.
Une mise en examen a notamment été prononcée le 1er avril. Les parties civiles sont quant à elles attendues au tribunal de Chambéry.

2 morts, 18 blessés dont 4 grièvement… Tel est le bilan de l’incendie de Courchevel 1850, déclenché volontairement dans la nuit du 20 au 21 janvier 2019.

Publicité

Plus de deux mois après le drame, l’enquête – confiée au parquet de Chambéry – connaît de réelles avancées. Un suspect a en effet été mis en examen le 1er avril, comme le confiait RTL à cette date.

Suspect confondu, mais mobile toujours attendu dans l’incendie de Courchevel

Le Dauphiné Libéré évoquait ainsi le profil d’un jeune homme de 22 ans, domicilié à la Grande-Motte. Il avait été arrêté à la frontière espagnole, dans la nuit du 10 au 11 mars, avec de faux papiers. Placé en garde à vue le 26 mars dernier, il est connu de longue date pour des faits de vol, outrage, détention d’armes… Et trafic de drogue.

Affaire de coeur… ou affaires de drogue ?

Si les enquêteurs ont bel et bien identifié le principal suspect, qui était d’ailleurs dans leur shortlist dès le départ des investigations, la question reste de connaître le mobile de ce passage à l’acte.

Deux pistes sont ainsi avancées concernant le déclenchement volontaire de l’incendie de Courchevel 1850 dans la nuit du 20 au 21 janvier 2019.

La première est celle d’une querelle amoureuse. Selon RTL, le suspect aurait en effet « tenté de renouer avec son ex-petite amie ». Mais celle-ci, qui logeait dans le bâtiment où se déclenchera l’incendie quelques heures plus tard, aurait repoussé ses avances.

Deuxième piste avancée : celle d’une affaire de drogue. Selon France 3, le suspect serait « venu récupérer une somme d’argent auprès de deux de ses revendeurs »… Dont l’un était logé dans le bâtiment.

« La scène aurait tourné à l’altercation, l’un des deux revendeurs se réfugiant dans sa chambre. Le suspect aurait alors mis le feu pour le faire sortir. L’incendie se serait ensuite rapidement propagé dans le bâtiment », ajoute le média.

Pour rappel, les enquêteurs ont déterminé que l’incendie s’était déclaré à ce même deuxième étage. Les corps de deux victimes ont quant à eux été retrouvés au troisième étage.

Des trafics de drogue largement répandus à Courchevel

Père de l’une des 4 personnes grièvement blessées, Alain Corci a apporté quelques précisions sur ces affaires de drogue. Celles-ci seraient monnaie courante à Courchevel. Et cela depuis de longues années déjà.

« La municipalité, les hôteliers, les restaurateurs, tous sont au courant. Dans cette station qui brasse des millions, tous les excès sont permis et personne ne dira rien », déplorait ainsi l’intéressé auprès de France 3 le 2 avril 2019… Soit au lendemain de la mise en examen du principal suspect.

À noter que ce dernier est mis en examen pour « destruction par incendie ayant entraîné la mort », « destruction par incendie ayant entraîné une interruption temporaire de travail supérieure à huit jours », mais également pour « détention d’arme ».

Rendez-vous attendu le 10 avril

Ce même média confie enfin que les parties civiles sont attendues par le juge d’instruction le mercredi 10 avril au tribunal de Chambéry. L’occasion de faire le point sur les dernières avancées de l’enquête… Notamment en ce qui concerne les normes de sécurité du bâtiment, très largement défaillantes la nuit de cet incendie.

Eitel Mabouong

Eitel Mabouong

Journaliste

ARTICLES SUR LE MÊME SUJET