Publicité

Les incendies sont-ils plus nombreux qu’auparavant en France (Incendie Rouen 2010, Photo David Kapp, Face au Risque)

Les incendies sont-ils plus nombreux que par le passé en France ?

Ce début d’année 2019 est particulièrement chargé concernant le nombre d’incendies en France. En l’espace de huit semaines, pas moins de cinq feux majeurs ont fait la « Une » des médias français. Une tendance qui laisse penser que le nombre d’incendies est en constante progression ces dernières années.

Il faut croire que les incendies ne cessent de se multiplier depuis le 1er janvier dernier. En moins de cinquante jours sur ce début d’année civile, pas moins de cinq incendies majeurs ont fait la « Une » des médias.

Courchevel 1 850, l’Université Claude Bernard (Lyon 1), la rue de Trévise (Paris IXe), la rue Erlanger (Paris XVIe) ou encore la route de Vienne (Lyon 8)… Chacun de ces événements aura tour à tour occupé l’espace médiatique français depuis la mi-janvier. Certains d’entre eux ont notamment débouché sur des pertes humaines. À ceux-là, on peut encore ajouter les incendies de la Porte d’Orléans (Paris XIVe), d’Europoly ou encore du restaurant du chef étoilé Yannick Delpech du côté de Toulouse.

Des incendies de moins en moins nombreux

Un grand incendie par semaine en moyenne… Tout porte ainsi à croire que le nombre de bâtiments ravagés par les flammes est en forte progression dans l’hexagone ces derniers mois. Il s’agit pourtant d’une simple idée reçue. Les incendies enregistrés par le gouvernement sont en effet en baisse sur la dernière décennie. De 2009 à 2017, on est ainsi passé de 343 300 incendies recensés par le ministère de l’Intérieur à 306 300 (voir Quels types de feu en France plus bas). Soit une baisse moyenne de 37 000 feux en moins de dix ans.

Ce contenu est accessible sur abonnement. Pour lire la suite :

DECOUVREZ
NOS OFFRES !

> voir nos formules

ESSAYEZ
GRATUITEMENT !

> s’inscrire librement

IDENTIFIEZ
VOUS !

> se connecter

BESOIN DE CONSEILS ?

Nous restons à votre disposition du lundi du vendredi, de 9h à 18h

Par email :

Par téléphone (prix appel local) :

+ 33 (0)2 32 53 64 32

Par |2019-03-20T11:12:53+00:0018/02/2019|Mots-clés : , , , |